Rentrée scolaire sous Covid-19

Il faut être abonné au Journal du Dimanche pour connaitre le protocole qui sera appliqué dans les écoles le 2 septembre prochain ! C’est en effet dans ce journal que J.M. Blanquer a choisi d’annoncer les dispositions sanitaires qui s’appliqueront à la rentrée. Un mode de communication assez étonnant, mais habituel chez le ministre, et qui est critiqué à juste titre par les enseignants.

Mais le principal est que ces règles destinées à lutter contre la propagation du virus suscitent bien des interrogations.

-Elles sont uniformes quel que soit les taux d’incidence, pourtant bien différents d’une région à l’autre.

-Pas de mesure spécifique pour les enfants de moins de 12 ans, qui ne peuvent être vaccinés, notamment rien pour empêcher le brassage des élèves à la cantine.. Or on sait à présent que le virus circule intensément chez les enfants et les adolescents.

-Rien sur le déroulement des sorties scolaires, dont ont déjà été privés les élèves depuis mars 2020. Le passe sanitaire est en effet exigé dans les lieux culturels : comment procéder avec des enfants de moins de 12 ans ?

-Rien n’avance pour les dispositifs permettant de lutter contre la propagation du virus dans les écoles, tels que purificateurs d’air et capteurs de CO2. À la charge des collectivités locales ? 

Tests salivaires vantés par le ministre : le même cafouillage que l’année scolaire dernière ?

La crise sanitaire a mis en lumière les faiblesses structurelles de l’école : locaux parfois difficilement aérables, manque de sanitaires en nombre suffisant, effectifs lourds dans les classes, manque de personnel d’encadrement lors de la restauration ou pour la désinfection des surfaces… Difficile dans ces conditions d’appliquer efficacement les consignes sanitaires propres à ralentir la propagation du virus. Or le lavage des mains, l’aération des salles et la désinfection des surfaces sont des mesures essentielles pour les écoliers comme pour le personnel d’encadrement.

Le tout sans oublier le problème récurrent et primordial des difficultés de l’enseignement à distance en cas de fermeture de classe, que ce soit en terme de formation des personnels ou d’équipement informatique des familles.

La vaccination des enseignants reste aussi un point noir, les syndicats dénonçant des mesures coercitives au lieu d’une véritable campagne d’information sur la vaccination, et des mesures la facilitant, comme par exemple la vaccination sur le temps de travail.               

À Saint Gratien, bien que nous soyons membres de la commission scolaire, aucune information à ce jour ne nous est parvenue sur les conditions de la rentrée. On ne peut que regretter que la seule instance qui réunissait parents, enseignants et élus, et permettait donc des échanges si ce n’est une concertation, ait été supprimée dès mars 2020 : la commission scolaire élargie n’existe en effet plus. Quel dommage ! En ces temps compliqués, nous avons besoin des remarques et idées de tous. Les décisions efficaces ne peuvent se prendre en petit comité de manière opaque.

La cerise sur le gâteau ? Nous apprenons le remplacement de l’adjointe aux affaires scolaires, à quelques jours de la rentrée. Une décision inédite et révélatrice des difficultés de la municipalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s