Vive la radio de service public !

Vive la radio de service public : France Inter, France Info, France Culture, France Musique, France Bleue, le Mouv, FIP !

Le personnel de Radio France est en grève depuis 16 jours. Voici pourquoi, expliqué dans une tribune devenue pétition et qui réunit aujourd’hui 50 000 signatures.

À partager sans modération !

La radio publique est en danger. Elle subit depuis des années des plans stratégiques et des coupes budgétaires qui menacent aujourd’hui son fonctionnement. Le soutien de tous est nécessaire, pour que le gouvernement entende l’inquiétude de ceux qui la fabriquent. Signez et soutenez une radio de service public et de qualité.

radio franceNous, voix et collaborateurs(trices) des émissions de Radio France, tenons à nous adresser collectivement au Gouvernement et au Ministère de la Culture, dans ce moment crucial que traverse le groupe.

Il nous importe de signaler notre inquiétude vis-à-vis de la baisse de dotation qui provoque les plan de « réorganisation stratégique » et de « départs volontaires » communiqué par la Présidence.

Nous ne sommes ni contre le mouvement ni contre le changement. Nous avons d’ores et déjà pris à bras le corps la transition numérique. Nous sommes sans cesse à l’affût de nouveaux publics, notamment chez les plus jeunes.

Nous pensons cependant qu’il n’y a pas de mystère, pour remplir nos missions de service public, il faut des moyens. Radio France a déjà consenti des réductions d’effectifs sous la présidence précédente, et a réussi l’an passé à revenir à l’équilibre de ses finances après la suppression de près de trois cents postes. Faire plus avec moins ne marche ni à l’hôpital, ni à l’école, ni dans les transports, ni à l’université, ni dans les lieux d’art, etc. Pourquoi cela marcherait-il à la radio?

Diminuer la contribution à la radio publique, c’est un choix politique. Un choix de société qui nous inquiète. D’autant plus que la réforme de l’audiovisuel public présentée par le gouvernement cet automne, ainsi que la fin de la redevance telle que nous la connaissons, ne donnent aucune piste sur la manière dont il entend la financer au-delà de 2022.

Conscients des enjeux considérables qui touchent tous les services publics de ce pays, et des souffrances de nombre de nos concitoyens(ennes), il ne s’agit en aucun cas pour nous de nous draper dans la défense de catégories professionnelles, mais bien de faire battre le cœur de notre mission à destination de tous les publics. Certain(es) d’entre nous ont des rémunérations enviables, mais beaucoup d’entre nous, la plupart, ont des statuts précaires (contrats d’un an, indemnités chômage, bas salaires malgré un investissement de tous les instants pour notre auditoire, de plus en plus grand). Il nous semble difficile d’accepter une baisse supplémentaire du financement public de la radio, qui seul assure la pérennité de ce service, et nous craignons que le plan annoncé ne nous permette plus de garantir cette qualité.

Monsieur le ministre de la Culture et de la Communication, êtes-vous à même de soutenir à terme le financement public de la radio et de défendre ses missions de service public, saluées quotidiennement par celles et ceux qui nous écoutent ?

Signez ici !

Échos du Conseil de novembre (3)

Voici les réponses du maire à nos questions orales, mal nommées puisque nous devons les poser par écrit 24 heures avant la séance du Conseil… Elles ne font pas l’objet de débat.

En bleu, les réponses du maire ; en vert, nos remarques

PV des commissions municipales

Si nous constatons qu’un effort a été fait depuis 2 ans (nous avions posé la question lors du CM du 15 juin 2017), serait-il possible de demander à toutes les commissions, d’établir un procès-verbal ?

Réponse du maire : « il me semble « que c’est déjà le cas.

Hélas ! Ce n’est pas ce que nous constatons, et de plus, les PV ne sont adressés qu’aux membres de la commission. Heureusement que nous les faisons circuler dans notre groupe, mais le fait reste que la ville est bien frileuse en matière d’information des élus minoritaires.

La fibre à Saint – Gratien

Pouvez-vous nous indiquer si les bâtiments communaux disposent d’une connexion et d’un abonnement à la fibre ?

Réponse du maire : oui, sauf pour quatre sites qui sont encore « en cours de raccordement » : la maternelle Pauline Kergomard, la salle d’armes, l’école élémentaire Jean Jaurès et le groupe scolaire Jean Moulin. Il y a un problème de « génie civil » pour les deux derniers. Ce sera résolu prochainement. 

À suivre… ces problèmes perdurent depuis déjà trop longtemps.

Programme mobilité des agents communaux

Quel bilan pouvez-vous tirer des cinq actions à court terme engagées sur 2018-2019 ?

Réponse du maire : ce plan est prévu sur trois ans, à partir de septembre 2018. Déjà il y a la mise en place de l’indemnité kilométrique vélo (IKV), 22 agents se sont inscrits en 2019, alors que l’objectif était de 10. Mise en place également d’ateliers de réparation spécifiques aux agents (29 réparations effectuées) ; identification des itinéraires les plus sécurisés en ville. 

Il y a donc une réelle demande d’actions favorisant l’usage du vélo. Si cela se confirme au niveau des agents communaux, nul doute que c’est aussi le cas pour les Gratiennois.e.s dans leur ensemble. Il y a urgence à s’engager dans une politique pour une « ville cyclable », et de nombreuses initiatives à prendre dans ce domaine !  

Parc Véligo à la gare

Qu’est est l’état d’avancement de ce projet ?

Réponse du maire : la direction de la SNCF a informé la ville que le dossier de Saint Gratien passerait en décembre au vote du conseil d’administration de « Île-de-France mobilités ». Une réunion sur place devrait avoir lieu courant décembre, à la suite de la décision prise. 

Espérons que ce projet, que nous avons depuis longtemps réclamé et poussé la ville à agir pour l’obtenir, voie rapidement le jour. Nous demandons également que ce parc soit étendu côté Raguenets, où le peu d’arceaux implantés sont très utilisés.

st gratien 2020-10

Il y aurait aussi peut-être urgence à prévoir un emplacement pour le stationnement des deux-roues…

Déchetterie mobile

Quel bilan de la première journée de déchetterie mobile sur les terrains du Siare le 5 octobre dernier ?

Réponse du maire : 141 passages entre 9 et 17 heures pour 13,9 tonnes collectées de déchets répartis sur 9 bennes différentes.  

st gratien 2020-5Librairie du Forum

La ville peut-elle indiquer pourquoi la librairie du Forum n’a pas ouvert le 14 novembre ? Il s’agissait de la date d’ouverture indiquée sur la porte, suite à une première annonce de report de l’ouverture en septembre.

Réponse du maire : ouverture retardée à cause d’un problème dans la livraison des portes et devrait ouvrir mardi 26. 

L’ouverture tant attendue s’est faite mercredi 27 à midi et nous nous en réjouissons !st gratien 2020-6

Marché

Il y a eu une réunion la semaine du 4 novembre entre le maire, les représentants des commerçants du marché municipal et le concessionnaire. Nous souhaitons une information sur ce qui a été convenu.

Réponse du maire : cette question sera abordée lors de la prochaine commission « commerces« .

Une omerta qui perdure sur la situation du marché…

Rue de Verdun

Le groupe « ICF la Sablière » a déposé un permis de construire en date du 23 avril 2019 pour une construction de 12 logements rue de Verdun. Avez-vous des éléments sur ce projet : date de lancement et d’achèvement  des travaux ?

Réponse du maire : 12 logements vont être construits mais l’appel d’offres a été infructueux et devra donc être renégocié. Les travaux pourraient débuter au deuxième trimestre 2020 et s’achever au troisième trimestre 2021.

Prochain Conseil municipal le jeudi 19 décembre 2019 avec le vote du budget de la ville

st gratien 2020-7

Échos du Conseil de novembre (2)

Outre le débat sur les orientations budgétaires, l’autre point principal à l’ordre du jour du Conseil municipal du 21 novembre portait sur l’acquisition du local de l’ancienne poste annexe des Raguenets, afin d’y implanter une maison de santé.

Voici notre sentiment sur ce projet, que nous avons fait connaître lors de la présentation du rapport.

Nous sommes à la fois en colère, satisfaits et dubitatifs…

En colère parce qu’en novembre 2018, nous interrogions le maire sur le devenir de ces locaux, par le biais d’une question orale posée en fin de séance du Conseil municipal.  « Que vont devenir les locaux de l’ancienne poste annexe des Raguenets ? Est-il exact que la poste souhaite les vendre ? La ville a-t-elle un projet ? « , demandions-nous alors. Réponse du maire :  » Ces locaux n’appartiennent pas à la commune. Aujourd’hui la collectivité n’a pas d’information spécifique à communiquer ». Question et réponse figurent au procès-verbal de la séance.

Sauf qu’à peine un mois plus tard, la ville se rapprochait de l’agence régionale de santé, pour procéder à un état des lieux de l’offre de soins en ville, préparatoire à un projet de création d’un nouvel équipement de santé. Cette enquête est évoquée dans un compte-rendu de réunion du CCAS, dont nous ne recevons pas les PV ! Aucune info ne nous a donc été communiquée sur ce projet. Nous nous demandons alors à quoi servent les commissions municipales ? À quoi sert le Conseil municipal ? À quoi servent les élus ? À entériner un projet dont ils prennent connaissance 5 jours avant son vote ? Surtout que ce n’est pas quelque chose d’anodin, mais une opération qui aura des répercussions importantes sur la vie des habitants du quartier. « C’est la surprise du chef !  » nous est-il répondu, de façon fort légère. Mais nous ne siégeons pas pour entendre annoncer des projets concoctés dans le bureau du « chef », mais pour débattre de gestion municipale, en principe guidée par un « plan pluriannuel d’investissement », document qui priorise le programme de la ville en matière de travaux sur la durée de la mandature. En principe seulement, car à Saint Gratien ce document n’est pas communiqué à l’opposition. Nous naviguons donc « à vue », d’une année sur l’autre…  

Satisfaits parce qu’en 2014, nous avions inclus dans notre projet municipal la proposition d’un centre de santé aux Raguenets, en soulignant déjà à l’époque le manque de médecins et les difficultés croissantes d’accès aux soins pour les habitants de ce quartier. Rien par contre ne figurait sur la santé dans les documents électoraux de la majorité. Depuis, nous avons rappelé à chaque discussion budgétaire la nécessité de prendre en compte ce domaine, et d’envisager l’implantation d’un centre de santé. Donc tant mieux si aujourd’hui cette nécessité est apparue enfin à l’équipe en place, et tant mieux si nous y avons contribué. 

Dubitatifs enfin parce que ce projet, auquel nous n’avons pas été associés en amont, est celui d’une maison de santé, alors que nous, nous proposions un centre municipal de santé et c’est tout à fait différent. Une maison de santé, c’est un regroupement de praticiens qui élaborent ensemble un projet de santé. MSP : maison de santé pluri professionnelle. C’est une démarche entrepreneuriale de professionnels qui veulent travailler ensemble. Ça ne décrète pas par la ville. À moins que celle-ci n’ait déjà pris des contacts mais comme nous ne sommes au courant de rien… Aucune info au Conseil sur le nombre de praticiens, leurs disciplines, un projet quelconque ? Qui peut-être existe mais ne nous est pas connu.

Nous avons bien vu depuis le départ en retraite de deux médecins des Raguenets, la difficulté à faire venir de nouveaux médecins. Pourquoi ? Parce que le quartier a une image dévalorisée (refus de SOS médecins d’y venir par exemple ) et aussi parce que les jeunes médecins cherchent autre chose qu’un exercice individuel de la médecine : plutôt des pratiques coordonnées, pluri professionnelles, et aussi souvent un exercice salarié, avec l’assurance de concentrer son temps sur l’activité médicale, sans avoir à gérer la lourdeur administrative d’un cabinet. C’est tout cela attire les professionnels de santé.

Or ce qui nous a été annoncé est un coup de pouce financier à l’installation de médecins, en leur louant un local à des prix modérés. C’est en effet la condition pour une aide de l’ARS. Cela est-il judicieux pour les finances de la ville d’acquérir un local pour aider des professionnels qui ne sont pas particulièrement en difficultés financières ? Mais c’est surtout qu’il y a erreur de diagnostic, et donc de remède. Ce n’est pas un bonus financier qui va attirer de nouveaux médecins aux Raguenets. C’est autre chose qui fait qu’on a autant de mal à trouver des médecins pour les quartiers. Aujourd’hui les médecins et particulièrement les jeunes, recherchent un autre mode d’exercice. Pas de travailler en solo 12h par jour en assurant les tâches administratives. Mais une pratique coordonnée et salariée. C’est pourquoi notre proposition était différente : celle d’un centre municipal de santé. Il en existe plusieurs dans le 95. Outre qu’un tel centre assure un accès aux soins à TOUS car pratiquant le tiers payant et aucun dépassement d’honoraires, ce qui est précieux, à l’heure où un Français sur trois renonce à se faire soigner à cause de l’augmentation du reste à charge…outre qu’il travaille en partenariat avec les structures médicales et sociales de la ville, il attire de jeunes praticiens qui aujourd’hui veulent travailler autrement. Voir l’exemple de Conflans (DVD) qui crée aujourd’hui une annexe de son centre de santé, ou les centres du 95 (Argenteuil, Bezons, Franconville, Goussainville, Fosses/Marly et un projet à Cergy…) . Ajoutons que c’est un maillon différent dans l’offre actuelle de la ville en matière d’accès aux soins, et que cela pourrait compléter cette offre, non pas en opposition avec les médecins libéraux mais en collaboration avec eux.

Un centre de santé n’est pas un gouffre financier, tout dépend du projet et des praticiens qu’on y veut. L’ARS a augmenté ses aides aux CDS, et une fédération nationale aide à leur implantation. La ville a tout à y gagner car ces centres assurent une politique de prévention et d’éducation à la santé sur des problématiques comme l’obésité, les violences conjugales… c’est la santé au sens large qui est ici traitée, avec des passerelles vers le sport, la nutrition, en partenariat avec les structures sanitaires et sociales de la ville, travailler avec le CCAS, les collèges…. Tout ce que ne fera pas obligatoirement une maison de santé. En tout cas, c’était le moment pour nous d’avoir un vrai débat sur cette structure, pourquoi pas de la présenter en réunion de quartier, au lieu d’expédier un vote en 15 minutes. En matière de démocratie participative, il reste à Saint Gratien du chemin à faire.

À suivre : nos questions orales

À hauteur d’enfant…

boîtes à livres

L’éditorial du dernier magazine de Saint Gratien fait l’éloge de la lecture. On ne peut qu’approuver.

Le dossier de ce numéro est consacré à la pratique de la lecture dans notre ville, entre l’activité des médiathèques, les interventions dans les écoles de la « Ligue de l’enseignement » via le dispositif  « Lire et faire lire« , et la promotion des toutes récentes boîtes à livres. On applaudit, avec toutefois un bémol concernant la bibliothèque de « Motordu » aux Raguenets, qui nécessite à notre avis une rénovation, ne serait-ce que pour en rendre l’accès praticable à tous, autrement que par un escalier extérieur en colimaçon, difficile pour les jeunes enfants et véritable barrage pour les poussettes. On y reviendra prochainement. 

Par contre, comment ne pas être interpellé par la photo de couverture du « Mag »? Visiblement, les boîtes à livres n’ont pas été conçues pour les tout jeunes enfants… alors que la ville nous vante, fort justement, l’intérêt de favoriser l’accès à la lecture dès le plus jeune âge. Aussi, je rappelle notre proposition d’une boîte à livres « spéciale enfants » dans le parc Barrachin,  à proximité des jeux qui y sont installés. Ajoutons que la boîte du centre-ville, placée à l’entrée de la cour de l’école Jean Jaurès, devrait rapidement être modifiée pour permettre aux écoliers et écolières d’y déposer ou attraper de nouvelles lectures un peu plus aisément que sur la pointe des pieds !

À moins qu’on installe un marche-pied, sur le modèle de ceux indispensables au marché municipal, où des travaux non concertés ont totalement oublié que les client.e.s pouvaient être de très petite taille…?

marché enfants.jpg

 

 

Tribune anonyme

De par la loi, les élu.e.s minoritaires ont droit à un espace d’expression dans les publications municipales. À Saint Gratien, nous disposons de 1 333 signes dans le « Mag » de la ville. Un texte très réduit, dans lequel il est impossible de développer une quelconque argumentation. Les Gratiennois.e.s comprendront donc que nos propos apparaissent parfois comme un peu schématiques… Certain.e.s s’étonneront par contre ne pas voir figurer nos noms sous notre tribune. Nous aussi ! Car si nous signons notre écrit, curieusement cette signature commune des trois élus de notre groupe ne figure pas dans le magazine, ni dans la version numérique consultable sur le site de la ville…  Un mystère que nous tentons d’élucider… à suivre.

Tribune du groupe « Saint Gratien solidaire et citoyen », parue dans le magazine municipal de novembre/décembre 2019, et rédigée conjointement par Sabine Balland, Stéphane Bauer, Isabelle Volat

Boîtes à livres : cinq boîtes arrivent enfin en ville ! Une proposition que nous avons répétée en commissions, réunions de quartiers, et testée nous-mêmes devant le marché déjà depuis 18 mois. Du “cela ne marchera pas” jusqu’à l’inauguration en nov. 2019 : un délai montrant l’inertie de la majorité !

Aéroports de ParisADP : Nous avons proposé une motion contre la privatisation au dernier conseil municipal. Refus du maire, expliquant que la ville avait déjà publié un article sur le site internet. C’est bien peu ! L’engagement des élus aurait eu un poids bien supérieur.

La privatisation d’ADP, un non-sens économique, une aberration écologique !

Pour le 95, des enjeux de nuisances aériennes, de santé publique.

Le mauvais coup des autoroutes recommence !

Sur la privatisation d’un service public essentiel, les citoyens doivent pouvoir se prononcer. La ville doit faciliter leur information et leur participation.

Avec votre carte d’identité, signez sur le site : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/

Cantine : Le tribunal administratif dit oui à la cantine scolaire pour tous, MAIS à St Gratien des enfants sont toujours exclus, faute de place ! Corollaire de la bétonisation à outrance de notre ville, déjà la plus dense du 95. Davantage d’habitants, mais pas d’infrastructures ? Quelle absence de vision et d’anticipation !

Sabine Balland, Stéphane Bauer, Isabelle Volat

Blog : isabellevolat.fr