À la Une

Bienvenue sur le blog du Front de Gauche de Saint Gratien !

Vous trouverez ici des informations sur la vie locale de Saint Gratien, le travail des deux élus FDG au Conseil municipal, l’activité et les propositions de l’association du Front de Gauche gratiennois. Nous nous exprimons également sur les grands sujets de la vie politique nationale.

Ce site vous est ouvert et apprécie les débats et les échanges ! Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

À Saint-Gratien, le Front de Gauche est constitué en association. Celle-ci regroupe des adhérents de différents partis, ainsi que des citoyens qui n’appartiennent à aucune organisation. Le comité local du Front de Gauche se réunit régulièrement à Saint-Gratien. Ses réunions sont ouvertes à tous, sans condition. Si vous souhaitez être invité et participer à ces rencontres, contactez le FdG à cette adresse : fdg.stgratien@laposte.net

La santé au cœur de l’action municipale

Une ville « en santé »…

Un centre municipal de santé soigne… mais il fait bien plus que cela !  Pratiquant des actions de prévention avec d’autres structures locales, il peut contribuer à des initiatives dans le domaine du sport, de la jeunesse, en direction des personnes âgées, sur l’environnement, les modes de déplacement, l’urbanisme, la restauration collective et la lutte contre l’obésité… L’implantation d’un centre de santé peut être au cœur d’une politique municipale. Voici le numéro 50 de la « Lettre du Front de Gauche » : il revient en détail sur cette structure originale et moderne qu’est le centre de santé.

lettre 50-2

lettre 50-1

Échos du Conseil de décembre (3)

CM décembre 2019-5La suite de nos interventions sur le projet de budget 2020 au Conseil municipal du 19 décembre 2019 (intervention  de Stéphane Bauer)

Le moment est venu de tirer quelques enseignements sur la mandature 2014/2020. Certes le projet de budget 2020 est sous contrainte, comme les précédents. Finalement c’est toute la mandature qui a été sous contrainte.

Nous avons pâti de la baisse de la DGF (dotation globale de fonctionnement) car nous sommes très dépendants de la DGF. Du fait de notre taux de fiscalité relativement bas, nous dépendons davantage de la DGF et quand elle baisse…

Les charges financières, elles, n’ont pas disparu par un coup de baguette magique. Le service de la dette n’a pas évolué depuis 2014. Les frais financiers + remboursement du  capital de la dette s’élèvent à 2,5 à 2,7 M€ /an et on déboursera en 2020, la somme déboursée en 2015, soit  env. 2,6 M€ et soit 10% de notre budget….CM décembre 2019-6

Les charges financières s’élèvent pour 2019 à 797 K€, soit à un niveau  supérieur à ce que la ville a payé en 2017 et en 2018. Alors même que les taux d’intérêt facturés à la ville sont historiquement bas. 

La progression de la charge d’intérêt dans le budget prévisionnel (737 K€, vs 657 K€ en 2017 et 658 K€ en 2018) est par conséquent une question, dans un contexte de (légère) diminution de l’endettement de la ville, et surtout de la poursuite de la baisse des taux d’intérêt.

Une précision : nous n’avons jamais été contre l’endettement. Il est sain de s’endetter pour investir et répondre au besoin des habitants, a fortiori quand les taux sont bas. Il n’est pas sain de s’endetter à des taux non contrôlés,  et a fortiori pour rembourser des erreurs de gestion…

Un paradoxe : la ville a consommé et re-consommé dans le passé de la dette à des taux prohibitifs. La ville maintenant se désendette quand les taux sont à leur plus bas niveau historique… On aurait pu s’attendre à l’inverse.

Le document omet juste d’évoquer la renégociation des emprunts toxiques en 2016.  Les bonnes fées faute de baguette magique n’ont pas transformé le plomb en or. On a juste troqué des frais financiers facturés à 23% à du remboursement en capital jusqu’en 2032…  Une omission malheureuse dans les comptes la ville, une nouvelle fois… La situation en matière d’endettement sur la période, est toujours aussi tendue, contrairement  à ce que laisse penser la ville, quand elle écrit : « On constate une quasi stabilité de l’encours de dette ». Or, celle-ci passe quand même de 18,335 M€ à 20,639 M€ de 2014 à 2020  soit, quand même, + 12,5 %.

La ville oublie également les intérêts courus non échus (ICNE) décaissables en 2020 mais imputables en 2019.

Pour les investissements, c’est de fait tout le mandat qui a été de transition ! On ne constate pas un montant très important d’investissements sur la mandature : 44 M€ investis entre  2008-2014 contre 27 M€ seulement entre 2014 à 2020.

CM décembre 2019-8La ville investissait en moyenne par an 7 à 9 M€ sur les mandats précédents, on tombe là à 4,5 M€ investis par an…

Rapporté au nombre d’habitants, les dépenses d’équipement par habitant sont à St Gratien de 149 € contre 324 € dans les villes équivalentes.

Un sous-investissement ! On investit par habitant à peine la moitié de ce qu’investissent les autres communes… niveau valable sur tout le mandat !

Est-il exact d’affirmer, que « tout a été fait ! » comme le dit l’adjoint aux finances ? Non bien sûr, et ce sous -investissement est dû à des marges de manœuvre extrêmement étroites.

Citons les travaux nécessaires pour la salle Georges Brassens, la bibliothèque de Motordu, le centre culturel du Parc, Camille Claudel, le centre de loisirs Fossiez ou encore les bureaux de la mairie….

Un sous-investissement manifeste sur ce mandat-ci : 3,194 M€ de travaux budgétés en 2020, c’est 1 M€ de moins qu’en 2014, qui était aussi « une année de transition » en lien avec l’achèvement du mandat.

Quant à la poursuite en 2020 de la compression des frais de personnel, nous la déplorons.

Elle est à mettre en regard des chiffres de la précarisation du statut du personnel :

– des diminutions de fonctionnaires territoriaux au profit de contractuels en CDI voire en CDD…

– l’augmentation des taux de vacances de postes : 5% au total

– et maintenant des augmentations de grades étalées sur 4 ans…

Ce n’est pas bon pour le personnel ni pour les services rendus aux Gratiennois.

Sur la réforme de la taxe d’habitation : en 2020 la ville n’a plus la capacité de lever la taxe d’habitation. Il y a certes compensation par l’État mais elle est basée sur les chiffres de 2017 et sera stable dans le temps. Avec des taux d’impôts locaux fixés à des bas niveaux, c’est  l’arroseur arrosé ! Le mécanisme prévu par l’État se traduit par une fixation des recettes futures de la ville issues de la TH à ce bas niveau ad vitam æternam.CM décembre 2019-4

Autre formulation de la question : de quelle marge de manœuvre va disposer la ville dans les exercices futurs ?

La ville a certes un niveau de dette relativement bas. Mais Saint Gratien dégage beaucoup moins d’excédent budgétaire que les autres communes, donc la capacité de  désendettement est beaucoup plus faible : cela résume bien les difficultés de la ville et explique la compression des charges de personnel et le frein sur les investissements.

Le rapport dette/capacité d’autofinancement est de 10 ans à Saint Gratien alors qu’il est de 5 ans et demi dans les commune de même taille. Autre contrainte et autre illustration du bilan de la mandature : nous disposons donc de 2 fois moins de marge de manœuvre que les communes de la strate…

Stéphane Bauer

Pour une retraite juste et solidaire

Pour dire « non » à la retraite Macron, signez le texte ci-dessous !

Une majorité de citoyennes et de citoyens le demandent : retrait de la réforme Macron !

Depuis le 5 décembre, des millions d’hommes et de femmes se retrouvent dans les grèves, dont beaucoup en reconductible, et dans les manifestations à l’appel des organisations syndicales.

Ils et elles rejettent la réforme du système de retraites que veulent leur imposer le président de la République et son gouvernement.

(336)Ce projet n’est pas acceptable, car il est porteur de régression des droits de chacune et chacun : toutes les hypothétiques avancées proposées par le gouvernement devraient être financées par des baisses de pensions ou par l’allongement de la durée de la vie au travail. D’autres choix sont pourtant possibles.

C’est pourquoi nous demandons le retrait du projet présenté par le Premier ministre, afin que soient ouvertes sans délai de vraies négociations avec les organisations syndicales, pour un système de retraites pleinement juste et solidaire, porteur de progrès pour toutes et tous, sans allongement de la durée de la vie au travail.

Signer et voir les premiers signataires

Échos du Conseil de décembre (2)

Point essentiel du Conseil municipal de décembre 2019 : le vote du budget 2020.

Voici pourquoi nous avons voté contre.

StG 2019-2Il faut tout d’abord revenir sur la suppression de la taxe d’habitation qui aura des répercussions importantes sur les marges de manœuvre des collectivités locales. Cette réforme s’est faite sans concertation, alors que la plupart des associations d’élus considérait qu’il aurait mieux valu une réforme des valeurs locatives, ou au moins opter pour des dégrèvements au lieu de la suppression : cela aurait permis que l’État rembourse aux contribuables une TH toujours versée aux communes. Cela garantissait une compensation aux communes et surtout une autonomie fiscale avec le pouvoir de fixer les taux. Alors que nous aurons une compensation sur les taux et les bases de 2017. Autant d’économies que fait l’État sur le dos des communes. Une mesure qui bénéficie de plus surtout aux foyers les plus riches, les plus modestes étant déjà exonérés.

Quant au budget 2020 à Saint Gratien, c’est sans surprise. Les grandes dispositions avaient été annoncées par le rapport d’orientations budgétaires de novembre et sont dans la droite ligne des budgets précédents. Ce n’est pas un budget de transition, comme le dit la majorité, mais un budget contraint. Toujours la réduction des dépenses et la course aux augmentations de tarifs. Une porte avait été entrouverte en novembre avec la possibilité de ne pas les augmenter, mais elle s’est vite refermée sur les habituels +3%.

Sur les dépenses d’équipement, nous redisons aussi la même chose que les années précédentes. Nous n’avons jamais de débat sur la priorisation des travaux. Pourquoi la réfection de trois rues était-elle plus urgente que la rénovation de la salle Georges Brassens ou du centre culturel du Parc, pourtant toutes deux promises en 2014 ? Pourquoi tant consacrer à la voirie sur toutes ces dernières années ? Nous arrivons au terme de la mandature, on peut faire le compte sur la globalité du mandat 2014/2020. Depuis 2014, la voirie représente 47% des dépenses d’équipement. Des aménagements qui de plus ignorent les déplacements doux et font que nous avons une ville où les espaces sont entièrement dédiés à la circulation automobile ou au stationnement.GB

La voirie représente 47% des dépenses d’équipement (c’est-à-dire 13M€ sur 27 au total) contre seulement 14% aux écoles (3,8M€), 11% à la culture (3M€), 10% à jeunesse et sports (2,8M) et 1,2% à la santé…

En 2020, c’est la même chose : 1,2M€ de travaux de voirie contre 140K€ pour les travaux dans les écoles. De plus, 61% seulement des dépenses dites « d’investissement » sont de l’équipement, le reste étant consacré au remboursement de la dette.

Quant à l’ensemble des sommes consacrées aux équipements, force est de constater malgré vos affirmations, que St Gratien investit beaucoup moins que les villes de même importance. Rapporté au nombre d’habitants, les dépenses d’équipement par habitant sont de 149 € dans notre ville contre 324 € dans les villes de taille équivalente, soit – 54 %.

Enfin, la prétendue « bonne gestion » a ses limites puisqu’on constate que le ratio qui compare les dépenses de fonctionnement et le remboursement de la dette en capital aux  recettes réelles de fonctionnement est supérieur à 100% : cela signifie que la charge de la dette n’est pas entièrement financée par les recettes courantes.   

À suivre… sur le même sujet

Échos du Conseil de décembre (1)

Voici les réponses apportées à nos questions orales lors du Conseil municipal du jeudi 19 décembre 2019. La suite de notre compte-rendu de la séance prochainement.

Projet efficacité énergétique du bâti communal  

Une convention avait été votée lors du Conseil municipal du 28 septembre 2017 avec l’Arene Ile de France (Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies). Pouvez-vous nous indiquer les conclusions du diagnostic effectué et les actions entreprises ou à entreprendre (rénovation du patrimoine, optimisation des consommations…) ?

Réponse du maire : cette convention a permis à la ville de bénéficier de trois audits énergétiques complets, avec des préconisations, comme pour l’hôtel de ville, le gymnase du Picolo, ou le groupe scolaire Jean Moulin. Les résultats obtenus sur les bâtiments énergivores ont permis de fournir des éléments d’arbitrage pour l’élaboration du prochain programme pluriannuel d’investissement. Il y a eu des actions concrètes, comme le remplacement des menuiseries extérieures du groupe scolaire Jean Moulin, l’installation d’un système GTB qui est la gestion technique de l’ensemble des bâtiments communaux permettant dès janvier 2020 de connaître les consommations de fluides de 52 bâtiments communaux, 37 points d’éclairage public, 15 points d’alimentation de feux tricolores, 30 bouches d’arrosage, pour agir rapidement sur les consommations anormales, optimiser les contrats de fournitures d’énergie, cibler les bâtiments énergivores, et s’inscrire dans un PPI de rénovation énergétique.  

Nos remarques : toujours besoin d’aller à la pêche aux informations… pourquoi cette question n‘a-t-elle pas fait l’objet au moins d’une information en commission de développement durable ? Voire même d’un débat sur le sujet de la consommation énergétique et des indispensables efforts à faire en la matière pour non seulement éviter les gaspillages mais surtout s’engager sur la voie d’une transition écologique ? D’autres communes s’y sont engagées depuis longtemps, en implantant des chaudières à granulés de bois, ou des panneaux photovoltaïques pour la fabrication d’eau chaude sanitaire… Le but étant d’être moins gourmand en énergie, moins polluant et bénéfique pour le pouvoir d’achat des habitants..

Logement et rénovation énergétique

Mise en place de permanences d’information logement et rénovation énergétique par CAPV et l’ADIL à destination des propriétaires, locataires et bailleurs : ces permanences sont mises en places sur 3 communes (Deuil, Montmagny et Domont) à partir de 2020. La ville de Saint-Gratien prévoit-elle de s’inscrire dans cette démarche et à quelle échéance ?

Réponse du maire : ces trois permanences sont à destination de l’ensemble des administrés des villes de l’agglomération. L’objectif est de proposer de changer ces permanences, il s’agit d’un test. Saint Gratien avait déjà tenu ce genre de permanence, et il a paru plus intéressant de l’avoir à l’échelle de l’agglomération plutôt qu’au niveau communal.

Vidéosurveillance

La ville a sollicité une subvention au Conseil régional et au Conseil départemental par le biais de CAPV : hormis l’installation d’une caméra à la sortie du lycée, quels sont les autres projets de la ville ?

Réponse du maire : la CAPV a réalisé un audit et de nouvelles caméras sont prévues sur la ville mais pas d’autres informations pour l’instant.

Nos remarques : en règle générale, il faut reconnaître que la CAPV est assez avare d’informations. Nous n’avons plus de représentants dans cette structure depuis son élargissement et il faut être bien opiniâtre pour avoir connaissance de ses actions et décisions.   

Travaux

Le week-end de la fête de la Paroisse, trois chutes ont été dénombrées sur le trottoir montant de la rue Brossolette qui jouxte l’entrée  de la salle Georges Brassens (côté droit face à l’entrée). L’une d’elles s’est traduite par une fracture.

Le bitume qui revêt le trottoir est très abimé et gondolé en raison de racines d’arbres. De plus, cet espace est mal éclairé.

Est-il possible d’engager des travaux d’aménagement pour faciliter la circulation des piétons de ce côté-ci ?

Réponse du maire : des dégâts racinaires de plus en plus prononcés, il est prévu de réhabiliter ces trottoirs en les mettant de plus aux normes PMR, à la suite des travaux de rénovation de la salle Georges Brassens. Comme il s’agit d’un problème de sécurité, la ville va intervenir et prendre les mesures nécessaires.

Fibre

Les riverains de l’allée des Acacias s’inquiètent de l’avancée de l’installation de la fibre dans leur quartier. En effet, les travaux sont au point mort, les fils semblent abandonnés sur le trottoir depuis si longtemps que le lierre commence à les recouvrir. Quelle information peut-on leur donner sur ce sujet ?

Réponse du maire : le quartier des Acacias et des petits bois sont déjà fibrés, donc raccordables. C’est aux opérateurs sur demande des riverains d’installer la fibre dans leurs pavillons. Les informations ont été communiquées à la direction des espaces publics et chaque riverain peut consulter sur le site d’Orange le caractère éligible et raccordable de son habitation.

Nos remarques : un peu d’information aux riverains n’aurait pas nui…

Questions au Conseil

fibre acaciasLe règlement du Conseil municipal nous autorise à interroger le maire sur des sujets qui ne sont pas à l’ordre du jour de la séance. Mais il nous impose de déposer nos questions auprès du maire 24 heures avant le Conseil. Le maire y répond en fin de séance, parfois sans les lire dans leur intégralité. Les éléments qu’il apporte ensuite sont souvent très succincts, et nous n’avons pas la parole pour relancer les échanges. Un exercice donc fort contraint, alors qu’il pourrait être utile à la bonne information des Gratiennois.e.s, si le débat avait vraiment lieu.

Voici les questions orales de notre groupe « Saint Gratien solidaire et citoyen » pour le Conseil municipal du jeudi 19 décembre 2019.

Projet efficacité énergétique du bâti communal  

Une convention avait été votée lors du Conseil municipal du 28 septembre 2017 avec l’Arene Ile de France (Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies). Pouvez-vous nous indiquer les conclusions du diagnostic effectué et les actions entreprises ou à entreprendre (rénovation du patrimoine, optimisation des consommations…) ?

Logement et rénovation énergétique

Mise en place de permanences d’information logement et rénovation énergétique par CAPV et l’ADIL à destination des propriétaires, locataires et bailleurs : ces permanences sont mises en places sur 3 communes (Deuil, Montmagny et Domont) à partir de 2020. La ville de Saint-Gratien prévoit-elle de s’inscrire dans cette démarche et à quelle échéance ?

Vidéosurveillance

La ville a sollicité une subvention au Conseil régional et au Conseil départemental par le biais de CAPV : hormis l’installation d’une caméra à la sortie du lycée, quels sont les autres projets de la ville ?

Travaux

Le week-end de la fête de la Paroisse, trois chutes ont été dénombrées sur le trottoir montant de la rue Brossolette qui jouxte l’entrée  de la salle Georges Brassens (côté droit face à l’entrée). L’une d’elles s’est traduite par une fracture.

Le bitume qui revêt le trottoir est très abimé et gondolé en raison de racines d’arbres. De plus, cet espace est mal éclairé.

Est-il possible d’engager des travaux d’aménagement pour faciliter la circulation des piétons de ce côté-ci ?

Fibre

Les riverains de l’allée des Acacias s’inquiètent de l’avancée de l’installation de la fibre dans leur quartier. En effet, les travaux sont au point mort, les fils semblent abandonnés sur le trottoir depuis si longtemps que le lierre commence à les recouvrir (voir photo). Quelle information peut-on leur donner sur ce sujet ?