Échos du Conseil (5)

Saint Gratien, quelques échos du Conseil municipal de novembre 2020, en plusieurs épisodes et quelques détails, car souvent, c’est là que le diable se niche… 

Le Conseil examine ensuite une décision budgétaire modificative. Nous redemandons à connaître la liste des commerces détenus par la ville et la Saiem, et les exonérations dont ils ont, à juste titre, bénéficié lors de la crise sanitaire.

Une autre élue minoritaire demande à connaître si la ville a envisagé un renforcement de ses actions en direction des personnes en difficulté suite à la crise du Covid. Réponse très évasive du maire.

Nous questionnons sur le coût pour la ville des activités d’été, puisqu’il y a une subvention complémentaire de 28 260€ ; sur le coût total du marché de Noël, estimé ici à 62 600€, loin des « 30 à 40 000€ » annoncés en septembre ; sur la rénovation du site Internet, que nous apprenons via ce rapport ; demandons une explicitation de la baisse de 12,5% de l’activité du marché municipal qui engendre une moindre recette pour la ville. Nous n’avons aucune information non plus sur d’éventuelles moindres dépenses de la ville dans le domaine scolaire, avec des prestations de cantine et d’entretien des écoles moins importantes durant le confinement de mars/avril.

Aucune réponse ne sera apportée à ces questions, malgré notre relance…

En bref, la ville a connu dans la dernière période de moindres dépenses de fonctionnement pour 120 000€ et des recettes supplémentaires pour 25 000€, et donc un impact positif de 145 000€ par rapport aux sommes budgétées. Cette situation nous amène à proposer la prise en charge de masques pour les écolier.ères de la ville. Cette demande a été relatée ici : https://isabellevolat.fr/2020/11/21/echos-du-conseil-2-2/.

L’adjoint aux finances évoque alors de moindres recettes importantes à cause de droits de mutation en forte baisse. Or, le rapport présenté n’y fait aucune allusion. Fin de non-recevoir de notre proposition de la part du maire. Nous y reviendrons.

Le Conseil vote le règlement des structures de la petite enfance. Nous nous prononçons contre, car ce texte prévoit trois jours de carence en cas de maladie de l’enfant. Même si cette disposition est suggérée par la CAF, la ville peut tout à fait ne pas la reprendre dans son règlement. Le maire est aussi interrogé sur les critères d’attribution des places dans les différentes structures. Très simple, selon lui ! C’est la règle du premier arrivé, premier servi ! On pourrait imaginer plus judicieux en fonction de la situation des familles. On pourrait également inviter l’opposition municipale aux instances de décision. Et bien, ce sera « non ».

À suivre : les différents rapports relatifs à l’urbanisme, modification du PLU et requalification de la rue de Verdun.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s