Le clap de fin est proche pour EuropaCity

Lu dans l’Humanité de ce lundi 30 Septembre 2019, cet article d’Alexandra Chaignon sur le projet Europacity, ce « grand projet inutile » prévu dans le Val d’Oise.

europacity sept 2019.jpg

Le projet controversé de centre commercial géant pourrait être enterré par le gouvernement. Une annonce pas chère et qui peut rapporter gros à Emmanuel Macron.

Après Notre-Dame-des-Landes, EuropaCity, cet aménagement aussi gigantesque qu’aberrant et notoirement controversé, pourrait bien être lui aussi abandonné. Certains signes ne trompent pas. Depuis quelques jours, la ministre des Transports, Élisabeth Borne, reçoit les unes après les autres, toutes les parties prenantes de l’affaire : Les élus locaux et régionaux, les aménageurs, les opposants et même Vianney Mulliez, le président de Ceetrus, la branche immobilière du groupe Auchan, porteuse du projet. « On sent que les choses sont en train de bouger », confie Bernard Loup, l’infatigable porte-parole du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), opposant de la première heure.

La folie des grandeurs

De fait, la position et le soutien du gouvernement, accusé d’inaction par les défenseurs de l’environnement, deviennent difficilement tenables. En particulier pour Emmanuel Macron, qui donne des leçons à tout le monde en matière de lutte contre le changement climatique. À l’heure où l’urgence climatique réclame une politique résiliente, comment porter un concept qui prévoit de bétonner les dernières terres agricoles d’Île-de-France ? Car ce méga projet urbain devrait à lui seul occuper 80 hectares de la ZAC. Des milliers de mètres carrés de commerces, hôtels, restaurants, équipements culturels et sportifs -une piste de ski y avait même été envisagée un temps ! Conçu comme un lieu de métissage des cultures, des publics et des usages (sic), Europacity espérait drainer 31 millions de visiteurs par an ! Soit deux fois plus que le parc Eurodisney… Et promettait aux collectivités de vastes retombées fiscales et la création de plus de 10 000 emplois. Ce ne fut, au final, que mirages, illusions et fiasco en chaîne.

Depuis des années, les aménageurs lorgnent les centaines d’hectares de terres du Triangle de Gonesse, vierges de toute urbanisation. En février 2010, le président de la République de l’époque, Nicolas Sarkozy, lâche, dans une interview accordée à une revue spécialisée, que « le groupe Auchan souhaite construire un très grand commercial, culturel, sportif et récréatif (…) prototype d’un nouvel « urbanisme commercial à visage humain » ». Europacity n’est pas nommé, mais le concept est né. Quelques mois plus tard, le directeur de la branche immobilière d’Auchan confirme le projet et le lieu, la future ZAC (zone d’aménagement concerté) de Gonesse, à condition de disposer d’une gare à proximité. « Ce qui m’a fait réagir, c’est le terme de « complexe commercial ». J’avais déjà passé pas mal d’années à les combattre », se souvient Bernard Loup. Le Collectif pour le Triangle de Gonesse naît en mars 2011.

Soutien de l’État et premiers revers

Le changement de majorité présidentielle ne change rien à la donne. Le gouvernement socialiste y voit la possibilité d’un désenclavement économique, géographique et culturel du territoire. En décembre 2014, Laurent Fabius, alors ministre des affaires étrangères, déclare ainsi : « Avec la création prévue de 11 500 emplois directs non délocalisables (…), Europacity est un projet majeur. Il structurera notre territoire (…). Ce n’est pas un hasard si ce projet recueille une majorité d’opinions favorables. » C’est  oublier qu’Europacity suscite aussi de fortes oppositions. Les promoteurs n’en ont cure. Pour porter ce projet titanesque, évalué à 3,1 milliards d’euros et censé ouvrir en 2024, Immochan, la filière d’Auchan devenue Ceetrus depuis, s’allie au géant chinois de l’immobilier Wanda.

Le premier revers tombe en mars 2016 : l’Autorité environnementale émet d’importantes réserves sur le choix de l’emplacement et l’impact du projet. Ce qui n’empêche pas la préfecture du Val d’Oise d’autoriser la création de la ZAC, première étape nécessaire au chantier. Puis, début 2017, le tronçon nord de la ligne 17, indispensable à la viabilité du complexe, est déclarée d’utilité publique. De leur côté, les opposants élaborent une alternative : Carma, pour Coopération pour une ambition rurale métropolitaine et agricole, un projet d’agriculture périurbaine.

Au fil des mois, les recours et avis défavorables se multiplient, comme celui du commissaire-enquêteur qui évoque « des impacts environnementaux négatifs à très négatifs ». La justice aussi penche en faveur des opposants. Annulation de l’arrêté préfectoral de création de la ZAC en février 2018, finalement remise sur les rails en juillet dernier par la Cour administrative de Versailles, puis annulation en 2019 du PLU (plan local d’urbanisme) qui rendait constructibles les 300 hectares de la zone, dont 80 pour Europacity.

Le projet Europacity abandonné, le gouvernement décidera-t-il de rendre au Triangle sa vocation agricole ? Les opposants à Europacity en doutent, d’autant que le permis de construire de la gare du Triangle de Gonesse, sur  la ligne 17 du Grand Paris Express, a été validé par le Préfet –un soutien tacite au projet, une gare desservant des champs n’ayant guère d’intérêt… « On ne criera victoire que lorsque le gouvernement lâchera la gare et acceptera une concertation sur l’avenir de la zone ! » assène Bernard Loup, rappelant qu’à ce jour, « il n’y a pas d’autre projet alternatif que Carma, qui n’a pas besoin de gare »… Pour le militant, si gare il y a, il y aura forcément aménagement. Or les premiers coups de pioche ont débuté cet été, et devraient reprendre en novembre.

Europacity, 19 mai : un temps de grenouille ! (2)

La suite de notre reportage sur le terrain des Terres de Gonesse lors de la manifestation du dimanche 19 mai.

Écoutez ici l’intervention de Ian Brossat

gonesse 2019-15

Les palissades du futur chantier de la gare CDG express en plein champs à 2 km de toute habitation.

gonesse 2019-16.jpg

gonesse 2019-17

gonesse 2019-18

gonesse 2019-19

gonesse 2019-20

Bernard Loup, le chef du CPTG (collectif pour le Triangle de Gonesse), pédagogue face à la presse. Son interview sera reprise dans beaucoup de supports médiatiques le lendemain.

 

Un vrai temps de grenouille !

gonesse 2019-25.jpg

L’interview par Laurence Peuron de France Inter, à voir  :

gonesse 2019-28

L’interview par Laurence Peuron de France Inter, à écouter :

Écoute l’extrait du journal de 19h du dimanche 19 mai 2019 sur : https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-19h-du-week-end

Visite le journal de 19h et écoute bien entre la 6’46 et la 8’36 min :

https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-19h-du-week-end

gonesse 2019-30.jpg

S.B.

Europacity, 19 mai : un temps de grenouille ! (1)

Les opposants au projet d’Europacity – «future destination de loisirs du Grand Paris» à Gonesse (95) – se sont donné rendez-vous, le week-end dernier, pour 24 heures de mobilisation contre ce projet d’«urbanisation inutile et nocive».

Pour refuser le projet de bétonnage d’hypermarché commercial Europacity ET de la gare en plein champ !

Pour promouvoir le projet Carma et une gare pour les habitants.

Face à la puissance financière des promoteurs français –AUCHAN– et chinois –WANDA– redoublons d’efforts pour que les décideurs politiques se saisissent enfin du projet CARMA (agro-écologie et économie circulaire), seul projet issu du terrain, peu gourmand en investissements, inspiré des expériences concrètes menées en agriculture périurbaine et vivrière à Barcelone et à Milan, seul projet susceptible de reconstruire le lien entre producteurs, consommateurs et habitants.

SAUVONS MAINTENANT LES TERRES DE GONESSE

gonesse 2019-1

Le site du triangle de Gonesse :

gonesse 2019-2

On y vient à pied, à cheval, en vélo :

gonesse 2019-3

Quel sera l’effet de l’urbanisation de près de 300 hectares de «terres fertiles», dont 80 hectares uniquement dédiés à cet important projet ? Ses opposants critiquent aussi son coût, estimé à 1 milliard d’euros, ainsi que la construction d’une gare «sans habitant», qui sera insérée sur la ligne 17 du Grand Paris Express.

gonesse 2019-7

Le projet alternatif porté par CARMA :

Les opposants à Europacity proposent leur «projet alternatif», qu’ils nomment «Carma». Cet «ambitieux programme de transition écologique» prévoit notamment «la création de nombreux emplois dans les filières de l’agriculture, l’éco-construction, la rénovation thermique…».

gonesse 2019-11

gonesse 2019-12

gonesse 2019-13

S.B.

À suivre…

Des radis, pas des caddies !

Urbanisation. Le projet Europacity condamné, mais pas sa gare ?

Lundi 20 Mai 2019, article d’Alexandra Chaignon, Huma.fr

La lutte contre le mégacomplexe commercial, devenu le symbole « de ce qu’il ne faut pas faire », a rassemblé des centaines de personnes, ce week-end, sur le triangle de Gonesse.

«La transition, on en parle beaucoup, mais on ne la voit pas », déplore Luis, accroupi, pieds nus dans la terre, une bêche dans une main, des graines de tournesols dans l’autre. Comme plusieurs centaines de personnes, le jeune homme, qui réside à Paris, a répondu à l’appel du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) qui organisait ce week-end les « 24 heures du Triangle », pour mobiliser contre le projet EuropaCity, ce mégacomplexe de loisirs et de commerces qui prévoit d’artificialiser ce qui reste de terres agricoles dans ce coin du Val-d’Oise. Des 1 000 hectares historiques de la zone, il ne reste en effet que 670 hectares agricoles, dont 300 sont promis à l’artificialisation et 80 au projet EuropaCity.

Non loin de là, Laurence, une militante du collectif hantée par « la monstruosité du projet », explique à des nouveaux venus le fonctionnement de l’atelier jardinage. « On se réunit un dimanche sur deux. On a déjà planté des patates et des oignons. Et là-bas, explique-t-elle en montrant de petites buttes de terres, on s’est amusé à un assemblage mexicain fait de courges, haricots et maïs ! Aujourd’hui, c’est plantation de tomates et semis de graines de courges. L’idée, c’est que les gens viennent planter, et qu’ils réagissent. »

« On va faire une gare sans savoir ce qu’il y aura autour »

Au vu de l’affluence, alors que la météo n’était pas vraiment clémente, le pari de cette troisième édition semblait réussi. « Les gens, les jeunes notamment, commencent à prendre conscience de l’enjeu de protéger la planète », analyse Laurence. En outre, et bien que des appels soient en cours, une série d’avis défavorables ont mis du plomb dans l’aile au projet EuropaCity, et du coup redonné de la vigueur à la mobilisation. Après l’annulation par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise de l’arrêté préfectoral de création de la ZAC sur le Triangle de Gonesse, le même tribunal a annulé le plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse, fragilisant encore un peu plus l’opération d’aménagement sur ces terres agricoles.

europacity 2019-14« Juridiquement, ces deux décisions nous sont favorables. Mais notre inquiétude, c’est la construction de la future gare du Triangle de Gonesse, sur la ligne 17 du métro du Grand Paris Express, dont le permis de construire a été validé par le préfet en septembre dernier, en dépit de l’annulation de la ZAC et du PLU. Elle est présentée comme une desserte pour les habitants, alors qu’elle est située à 2 km du centre-ville, en plein champ, explique Bernard Loup, l’infatigable président du CPTG, qui défend un projet alternatif d’agriculture maraîchère bio. On va faire une gare sans savoir ce qu’il y aura autour. On va surtout créer une situation irréversible : si la gare est construite, alors les alentours seront bétonnés, même si EuropaCity ne se fait pas. On sera dans l’obligation de résister. »

europacity 2019-18Devenue une lutte symbolique contre l’artificialisation des terres fertiles, la mobilisation des anti-Europacity a été, ce week-end, un passage obligé des candidats de gauche aux européennes. Au grand dam du maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, fervent soutien d’EuropaCity, qui avait adressé un courrier aux différents intervenants pour dénoncer « la caricature faite du projet ». « Jean-Pierre Blazy affirme qu’EuropaCity amènera de l’esthétisme en banlieue. Et bien nous, nous préférons l’esthétisme des poireaux ! », lui a ainsi répondu Delphine Batho, députée et présidente de Génération écologie, rappelant que « ce combat est emblématique de la lutte contre la société d’hyperconsommation ».

« On ne peut accepter l’artificialisation des terres sans raison. On en a besoin. Au passage, il faut dénoncer le discours bidon de la famille Mulliez (propriétaire d’Auchan, promoteur d’EuropaCity – NDLR) qui veut soit-disant rendre service à la société avec ce projet. Si elle veut rendre service, comme elle le propose, qu’elle commence par payer ses impôts en France. Et qu’elle ne supprime pas 700 emplois », a pour sa part protesté Ian Brossat, candidat PCF aux européennes, quand Yannick Jadot, candidat EELV, a dénoncé un « désastre écologique, pour la biodiversité et la démocratie », exigeant de l’État « qu’il stoppe ce projet ».

Le week-end devait s’achever sur une marche citoyenne, partant du Triangle, jusqu’à la mairie de Gonesse. (annulée pour cause de forte pluie, ndlr)

Alexandra Chaignon

Photos sur le vif et très mouillées de S.B.

 

 

Pour les Terres de Gonesse

Contre notre G.P.I.I local (grand projet inutile et imposé) qu’est Europa City, venez rejoindre la mobilisation le dimanche 19 mai en faveur du contre projet alternatif CARMA ! Le Front de Gauche de Saint Gratien en sera ! Voir ci-dessous la liste des très nombreux.ses participant.e.s et intervenant.e.s, dont Ian Brossat.

europacity 2019-1

europacity 2019-2

europacity 2019-3

europacity 2019-4

Lire ici le courrier de Fabien Gay, sénateur de Seine-Saint-Denis, adressé au Ministre de la transition Écologique et Solidaire, sur la tenue d’un travail interministériel sur EuropaCity, évoqué par Mme Brune Poirson.

Europacity.QE pdf

2019-05-19 10.19.17.jpg