Laisse béton !

Après EuropaCity… Le Triangle de Gonesse ne laisse pas tomber le béton

L’Humanité, 22 décembre 2020

Malgré l’abandon du gigantesque et controversé projet EuropaCity il y a plus d’un an, un nouvel acte de justice rappelle que ces terres agricoles du Val-d’Oise sont toujours menacées par l’urbanisation.

«  C’est une décision politique que l’on attend désormais », embraie Bernard Loup, président du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG). Le 18 décembre est tombée la fâcheuse nouvelle : la cour administrative d’appel de Versailles a rétabli le plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse. À 15 kilomètres au nord de Paris, le Triangle de Gonesse – des centaines d’hectares de terres agricoles dans le Val-d’Oise – est donc à nouveau menacé d’urbanisation. Et ce malgré l’abandon, en novembre 2019, du projet EuropaCity, un méga-complexe de loisirs, d’hôtels et de commerces.

Des revers juridiques, Bernard Loup en a connu d’autres. Déjà en juillet 2019, la cour administrative d’appel de Versailles avait validé l’arrêté préfectoral approuvant la création de la zone d’aménagement concerté (ZAC), ouvrant la voie à l’urbanisation des terres agricoles. Le rétablissement du PLU était le dernier acte redouté. Reste à savoir ce qu’il va maintenant advenir du Triangle de Gonesse.

La ligne 17 du Grand Paris Express pourrait servir de cheval de Troie

Pour répondre à cette question, le gouvernement avait mandaté un haut fonctionnaire, Francis Rol-Tanguy, dans la foulée de l’annonce de l’abandon d’EuropaCity. Son rapport, remis en juillet 2020, présente trois options. Soit la réalisation d’une zone d’activité commerciale repensée couvrant 280 hectares ; soit une zone moins vaste, laissant libres quelques parcelles ; soit, enfin, une préservation de l’ensemble des terres agricoles. Cette dernière solution, que préconise le rapport, est aussi celle espérée par les opposants de longue date à EuropaCity. Cela permettrait aux écologistes de développer leur projet alternatif Carma (coopération pour une ambition agricole, rurale et métropolitaine d’avenir), tourné vers l’agriculture de proximité. « Le Triangle de Gonesse peut être un sacré levier pour booster l’activité agricole en Île-de-France, veut croire Bernard Loup. Ce qu’oublient les élus pro-aménagement sous prétexte de vouloir créer des emplois, c’est que l’agriculture est aussi une activité économique. » Mais l’option pose problème à ceux qui comptent encore que la future gare de Gonesse, prévue sur le tracé de la ligne 17 du Grand Paris Express, voit le jour. Initialement envisagée pour desservir EuropaCity, elle n’a pas été abandonnée. Elle pourrait même servir de cheval de Troie à l’urbanisation. Difficile, en effet, d’imaginer une gare seule au milieu des champs. Pour Marie-Christine Cavecchi, présidente (LR) du conseil départemental du Val-d’Oise, ce serait une façon de compenser le « mauvais coup » du gouvernement après l’abandon d’EuropaCity. Dans le Journal du dimanche du 20 décembre, l’élue réclame « un véritable projet d’envergure métropolitaine » autour de la gare de Gonesse.

« Sa liste au père noël, c’est du grand n’importe quoi », lui répond Bernard Loup. Le militant s’attend bien à une « compensation » du gouvernement pour le département après l’arrêt d’EuropaCity, mais espère qu’elle ne concernera pas les terres agricoles du Triangle de Gonesse. Car le premier ministre, Jean Castex, doit présenter son « plan pour le Val-d’Oise » d’ici début 2021. L’annonce du maintien ou non de la construction de la gare de Gonesse sera attentivement scrutée.

« Macron se sert de cette décision pour vanter son bilan écologique »

Les opposants historiques au projet EuropaCity sont prêts à repartir au front. Suite à la décision de la cour administrative d’appel de Versailles, le CPTG a annoncé vouloir déposer un recours devant le Conseil d’État. « Ce recours est symbolique, c’est sur le terrain politique qu’il faut espérer confirmer la victoire contre Europacity », précise Bernard Loup. « Si le gouvernement décide de maintenir la gare et l’urbanisation qui en découle, on pourrait se retrouver dans la même situation que celle où nous étions avant novembre 2019 et l’abandon du méga-complexe. Emmanuel Macron se sert de cette décision et de celle de Notre-Dame-des-Landes pour vanter son bilan écologique. Ce serait une faute politique que de finalement maintenir la ZAC », met en garde le militant. Le CPTG prépare une série de mobilisations en 2021 et appelle d’ores et déjà à un rassemblement citoyen dimanche 17 janvier sur le Triangle de Gonesse. L’objectif est de montrer qu’ils seront au rendez-vous tant que ces terres fertiles du Val-d’Oise ne seront pas définitivement sauvées.

Le Collectif pour le Triangle de Gonesse prépare une série de mobilisations en 2021 et appelle d’ores et déjà à un rassemblement citoyen dimanche 17 janvier sur le site.

 

2 réflexions sur “Laisse béton !

  1. Y a comme un loup

    « Ce recours est symbolique, c’est sur le terrain politique qu’il faut espérer confirmer la victoire contre Europacity », c-à-d ?
    Pouvez vous être plus précis Monsieur loup ?

    J'aime

  2. Henri

    Francis Rol-Tanguy n’est il pas le fils d’Henri Rol Tanguy ?
    Qu’est ce qui l’ amené à être à la tête de ce rapport ? lui qui, sauf erreur, a travaillé d’abord dans le secteur automobile, puis au cabinet de JC Gayssot entre 1997 et … ?
    Enfin, qu’est ce que défend comme option la 3ième partie de son rapport ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s