Conseil à huis clos

Saint Gratien : voici la suite de notre compte-rendu sur les sujets les plus marquants du Conseil municipal du 17 décembre 2020, en plusieurs épisodes.

Conseil municipal à huis clos  pour cause de couvre-feu et consignes sanitaires. Tou.tes masqué.es et bien aligné.es, voilà à quoi ressemble désormais l’assemblée communale. Pas si facile dans ces conditions de débattre entre élu.es. La séance a pourtant duré plus de trois heures, car l’ordre du jour était chargé avec 23 points à examiner, dont le vote du budget 2021.

Le Conseil examine la tarification des « courts séjours » de vacances pour les enfants au printemps et été 2021.

Remarque récurrente : très peu d’enfants bénéficieront de ces séjours, puisque seulement 144 places sont proposées sur ces deux périodes de l’année. Par rapport au nombre d’enfants potentiellement concernés, c’est très peu, cela touchera à peine 5% des jeunes entre 5 et 14 ans. Le coût pour la ville reste modeste : 40 000€. Nous nous interrogeons également sur les modalités d’inscription : un vendredi à 17h, ce qui n’est pas évident pour les parents qui travaillent.

Pour ce qui est des « longs séjours », notre questionnement est le même : à peine 1% des enfants gratiennois profiteront des 39 places proposées en juillet et août 2021… La ville ne pourrait-elle pas engager une réflexion sur ces séjours afin d’élargir son offre ? Et là encore, les conditions d’inscription nous posent problème : un samedi à partir de 9 heures… et bien que la ville nous assure que toutes les demandes sont satisfaites, il nous remonte que des parents font le siège de la mairie à des heures très matinales… Le coût pour la ville de ces « colos » est de 20 000€, un montant anecdotique dans le budget de la ville.

Le Conseil vote la revalorisation de +3,07% des droits de place du marché. Cette formule de révision est dans le contrat (de 13 ans !) qui lie la ville à la société Mandon Somarep.

Les commerçants de Saint Gratien bénéficient de mesures particulières pour les aider dans cette période difficile : exonération des loyers pour les locaux loués par la ville, non-augmentation de la taxe pour occupation du domaine public… C’est indispensable pour les commerçants durement touchés par la pandémie.

Comment comprendre alors que les droits de place des commerçants du marché vont, eux, connaître une hausse de +3,07% en 2021 ? Pourtant le marché a été durement perturbé lui aussi puisqu’il a été fermé deux mois et demi au printemps. Nous demandons que la ville s’oppose à cette augmentation, et le fasse savoir au gestionnaire. Refus du maire, les élus de la majorité votent l’augmentation sans état d’âme.

Débat autour de l’activité du marché, qui souffre mais a néanmoins des possibilités de rebond, comme l’a démontré le succès rencontré par l’initiative « le marché des terroirs » qui a vu le dimanche 13 décembre une animation inhabituelle devant et dans la halle ! Nous rappelons que le marché municipal est un endroit particulier dans notre commune, qui crée du lien social. Une nouvelle fois, nous alertons sur les pratiques du concessionnaire, qui présente aux commerçants des factures d’eau et d’électricité ne correspondant pas aux consommations effectives. Comment comprendre qu’un marchand de légumes qui ne consomme pas d’eau, soit facturé au même niveau que les poissonniers, qui en utilisent beaucoup ? La presse locale a relaté les accusations portées envers Mandon Somarep pour ces pratiques dans d’autres communes, ce qui nous a amenés à réclamer le rapport des commissaires aux comptes sur l’activité de ce concessionnaire.   

Le maire estime que l’augmentation de +3,07% étant incluse dans le contrat, la ville ne peut s’y soustraire. Il reconnaît à demi-mot l’existence de difficultés liées à la gestion du marché bien qu’il mette en cause également l’attitude de certains commerçants. Il renvoie dos à dos commerçants et gestionnaire au sujet des dysfonctionnements constatés. Pour lui, le marché fonctionne globalement « très bien » car les gens ont redécouvert le commerce de proximité à l’occasion des confinements. Nous réaffirmons que le gestionnaire aurait dû avoir un geste envers les commerçants en cette période de crise économique. Il perçoit 100 000€ sur l’activité du marché de Saint Gratien, dont la ville reçoit une part de 45 000€. Le tout grâce au travail des commerçants ! Que fait la ville de cette somme perçue sur l’activité du marché ? Pour la première fois, l’adjoint au commerce évoque des travaux nécessités par l’état de vétusté de la halle… Nous doutons que la dépense soit de 45 000€ chaque année.

Nous votons ensuite contre les dérogations au repos dominical demandées par les magasins Lidl, Picard et BMW pour 5 dimanches de 2021.

Nous sommes toujours opposés au travail du dimanche, et ce pour plusieurs raisons.

Une dérogation en amenant une autre… le travail du dimanche se banalisera et tous les salariés travailleront le dimanche car il y aura besoin de transport, de garde d’enfants, de restauration, de nettoyage…

Si les salaires étaient suffisamment élevés en ne travaillant que la semaine, aucun travailleur ne serait candidat à travailler le dimanche ! Le travail du dimanche se fait souvent sous la contrainte pour les salariés. De plus, ce sont majoritairement des femmes qui travaillent dans les commerces. Elles sont doublement pénalisées : absence auprès de leurs enfants, frais de garde supplémentaires et plus chers le dimanche !

On nous oppose parfois l’intérêt des consommateurs qui pourraient ainsi faire leurs courses plus facilement. Outre que le consommateur est aussi un salarié, qui au travail ne risque plus de consommer, force est de constater que le consommateur n’a pas plus d’argent à dépenser le dimanche que les autres jours de la semaine.

Le temps libre, le même jour pour tous, c’est la garantie d’une vie collective en famille ou entre amis, les loisirs sportifs ou culturels même s’ils sont limités en cette période de pandémie.

Au coût social s’ajoute le coût écologique. Chauffer, éclairer, climatiser les commerces, transporter produits et consommateurs un jour de plus, est générateur de surconsommation d’énergie. 

À suivre… : les points budgétaires

Une réflexion sur “Conseil à huis clos

Répondre à Lolo gik Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s