Les aéroports de Paris doivent rester publics

ADP 4

C’est parti : avant mars 2020, il faut réunir 4,7 millions de signataires pour s’opposer à la privatisation d’Aéroports de Paris. Même les non-franciliens et ceux qui ne prennent pas l’avion sont concernés par la privatisation éventuelle d’ADP.

ADP, c’est quoi ? Depuis 2005, ADP est une société anonyme dont le secteur privé détient la moitié du capital. Entre 2006 et 2016, ADP a versé 2 milliards de dividendes à ses actionnaires, dont 1,1 à l’État. Dans le même temps, ADP a perdu un emploi sur cinq. Ah, cherchez l’erreur… ADP est en tout cas une entreprise stratégique pour le développement économique, l’aménagement et la sécurité du territoire. 

ADP 7.jpgUn regroupement totalement inédit, de tous bords sauf LREM, s’oppose à sa privatisation : du PCF à LR, en passant par FI, le PS, Génération.s, sans oublier des syndicalistes, des citoyens, des associations…

Orly, Roissy, Le Bourget : 80% du trafic passagers et 90% du fret. Des aéroports de référence, qui doivent rester sous maitrise publique pour des raisons évidentes d’enjeux environnementaux (nuisances sonores, réduction des gaz à effet de serre…) et d’aménagement du territoire. Après le sandale de la privatisation des autoroutes, et avant d’autres privatisations prévues pour les barrages et la Française des Jeux, il est urgent de dire « stop » et de défendre le service public.

Comme l’explique un parlementaire de… droite : « je suis contre une privatisation dans une situation de monopole. Dès lors qu’on privatise, la puissance publique est pieds et poings liés ».

Le gouvernement argue du produit de la vente d’ADP, d’Engie et de la FDJ qui rapporterait 250 M€ destinés à un fond pour l’innovation. Mauvais calcul puisque ces entreprises rapportent actuellement 700 M€ annuels.

Enfin, cette mobilisation contre une privatisation est une démarche inédite mais qui pourrait redonner vigueur à la démocratie française. Quand les institutions sont verrouillées et imperméables à toute intervention des citoyens, le processus de « RIP », référendum d’initiative partagée, est une bouffée d’air pur.  

C’est la première fois que la procédure de référendum d’initiative partagée est initiée par des parlementaires et confirmée par le Conseil constitutionnel.

À partir de maintenant, nous avons 9 mois pour réunir 10 % du corps électoral soit 4,7 millions de signatures. C’est sans doute une des pétitions les plus ambitieuses de l’histoire mais en cas de succès, elle permettra, si le Parlement ne revoit pas la loi, de déclencher un référendum et de poser la question au peuple français.

Dès maintenant, signez contre la privatisation d’Aéroports de Paris !

Pour cela, il suffit de vous munir de votre carte d’identité ou de votre passeport et de vous rendre sur le site gouvernemental :  https://www.referendum.interieur.gouv.fr/

On en reparle ici très bientôt.

 

12 réflexions sur “Les aéroports de Paris doivent rester publics

  1. Bonjour,

    La soif de démocratie est grande dans le pays.
    Comment pourrait-il en être autrement alors que Macron et LREM dirigent le pays
    contre 80% des citoyens qui n’ont pas voté pour le parti présidentiel aux dernières élections ?
    Le monarque a voulu récompenser les multinationales (le groupe Vinci, notamment) et ses fervents soutiens des milieux financiers en imposant contre l’intérêt général, la privatisation d’ADP, bien public stratégique et rentable.
    Or, s’il réussit cette privatisation, d’autres suivront. Ne laissons pas Macron brader les biens et les services publics !

    Un front commun, un CNR (Comité National pour le Référendum) s’est constitué réunissant les principaux partis d’opposition, PCF, PS, FI, Génération.S, EELV, LR… qui ont tenu un premier meeting commun le 19 juin à Saint-Denis, à l’appel du député communiste Stéphane Peu :
    https://www.marianne.net/politique/saint-denis-gauche-union-contre-rip-adp
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/19/a-saint-denis-des-elus-de-tous-bords-en-meeting-historique-contre-la-privatisation-d-aeroports-de-paris_5478713_823448.html

    Mais des ami(e)s m’ont parlé de la galère pour valider leur signature. De multiples bugs et obstacles ont été constatés.
    Le pouvoir élyséen, certain d’avoir toujours raison contre le peuple, essaie de nous décourager.
    Ne tombez pas dans le piège, persévérez ! Quelques conseils pour remplir le formulaire :

    https://www.marianne.net/societe/referendum-aeroport-de-paris-comment-voter

    Chaque voix va compter pour la démocratie !

    Le RIP contre la privatisation d’ADP,
    Tous et toutes Ensemble, nous le gagnerons !

    Salutations citoyennes,
    Robert P

    J'aime

  2. transports en commun gratuits pdt la canicule

    Et si on rendait les transports en commun gratuits pour diminuer la circulation automobile et la pollution de l’air, en cette période de canicule* ?

    Il n’appartient pas au gouvernement de décider de la gratuité des transports en commun, cette question étant du ressort des collectivités locales, a estimé mardi le Premier ministre Edouard Philippe, à l’Assemblée nationale.

    « Ce n’est pas le choix que nous faisons », a répondu M. Philippe au député André Chassaigne (PCF, Puy-de-Dôme), qui lui demandait de rendre les transports en commun gratuits pour diminuer la circulation automobile et la pollution de l’air, en cette période de canicule.

    « La question de la détermination des tarifs et des prix, s’agissant des transports publics locaux, est une décision locale », a relevé le Premier ministre.

    « Vous vous insurgeriez probablement (…) si le gouvernement (…) venait s’immiscer dans le fonctionnement et les décisions prises par les organisations locales, par les collectivités territoriales qui gèrent leurs transports publics locaux », a expliqué M. Philippe.

    « Il leur appartiendra si elles le souhaitent (…) de prendre des décisions qui pourraient aller dans ce sens, ou pas. C’est à elle de prendre des décisions », a-t-il souligné.

    La gratuité des transports en commun est une solution régulièrement avancée pour réduire la place de la voiture en ville et, partant, lutter contre la pollution.

    Certaines agglomérations comme Dunkerque ou Luxembourg l’ont décidée, mais l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP, l’organisation qui regroupe les entreprises de la branche) et la Fnaut (la principale association des usagers) se prononcent contre une telle mesure, qui selon elles ne permettrait pas un report significatif de la voiture vers les transports publics et coûterait cher.

    AFP, publié le mardi 25 juin 2019 à 17h43

    * un tres beau thème de débat à la FETE de l’HUMA 2019 au stand du pot rouge ?

    J'aime

  3. ADP : Allonnes facilite la participation de ses habitants au référendum d’initiative partagée

    Le 26 juin, le conseil municipal d’Allonnes (72) a voté à l’unanimité une délibération visant à faciliter la participation des habitants de la villes au référendum d’initiative partagée concernant la privatisation des aéroports de Paris.

    Allonnes a mis en place un ordinateur et un agent pour accompagner celles et ceux qui le souhaiteraient.
    La ville s’engage également à informer les habitants de la commune dans le journal municipal, le site internet, les panneaux d’information. Mais aussi à favoriser l’organisation de débats contradictoires sur le sujet.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s