Confinés mais pas démotivés !

La Fête du Travail et journée internationale des Travailleurs confinés mais pas démotivés

Un mot d’histoire

muguet 2020-11La Fête du Travail et journée internationale des Travailleurs telle qu’elle est célébrée de nos jours tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la journée de huit heures, à la fin du XIXe siècle.

Aux États-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de lancer leur action le 1er mai, date du moving day parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là, l’ouvrier devant déménager (d’où le terme de moving day) pour retrouver du travail. La grève générale du 1er mai 1886, impulsée par les anarchistes, est largement suivie. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays.

À Chicago, la grève se prolonge dans certaines entreprises, et le 3 mai 1886, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick Harvester.

Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers.muguet 2020-12

C’est alors qu’une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit. À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort (Albert Parsons, Adolph Fischer, George Engel, August Spies et Louis Lingg) ; quatre seront pendus le vendredi 11 novembre 1887 (connu depuis comme Black Friday ou « vendredi noir ») malgré l’inexistence de preuves, le dernier (Louis Lingg) s’étant suicidé dans sa cellule. Trois autres sont condamnés à perpétuité. Lors du procès, le procureur Julius Grinnel déclare dans sa plaidoirie :

muguet 2020-13« Nous savons que ces huit hommes ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivaient, mais ils ont été choisis parce qu’ils sont des meneurs ; Messieurs du jury, faites d’eux un exemple, faites-les pendre, et vous sauverez nos institutions et notre société. »

En France :

En France, la loi no 46-828 du 26 avril 1946 fait du 1er mai 1946 un jour chômé et payé.

En avril 1947, sur proposition du député socialiste Daniel Mayer et avec le soutien du ministre communiste du Travail Ambroise Croizat, le 1er mai est réinstitué jour chômé et payé dans le code du travail, sans être une fête nationale (mais il n’est pas officiellement désigné comme fête du Travail). La loi no 48-746 du 29 avril 1948 fait du 1re mai un jour férié et chômé mais payé.

Ce n’est que le 29 avril 1948 qu’est officialisée la dénomination « fête du Travail » pour le 1er mai.

muguet 2020-14Aujourd’hui…

La déclaration du Président de la République a confirmé que nous serons toujours confinés le 1er mai.

L’activité traditionnelle du PCF lors du 1er mai est d’une grande importance politique et financière. L’enjeu politique est d’autant plus fort cette année que les droits des travailleurs.euses sont particulièrement attaqués par le pouvoir et le patronat dans cette période inédite de crise sanitaire et économique.

Pour rester dans des conditions les plus proches de ce que nous avions l’habitude de vivre, nous offrons ces quelques photos des ventes des années précédentes du muguet à Saint Gratien.

N’hésitez pas les relayer auprès de vos camarades et de vos ami-e-s pour que le plus grand nombre puisse avoir droit à son brin de bonheur en ces temps si particuliers et nécessitant solidarité, partage et humanité.muguet 2020-19

Une souscription est ouverte par voie postale au 9 rue d’Eaubonne (ou à déposer directement dans la boite aux lettres). L’argent collecté servira à financer les activités du PCF sur la commune (lettre des élu-e-s, photocopie, édition de matériel de communication, abonnement du blog sur sa plateforme, réservation de salles, etc.).

N’hésitez pas à partager à l’adresse de ce blog vos photos de brins de muguets, elles seront publiées.

S.B.

Plus que jamais le 1er mai

Déclaration commune de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de la FIDL, de l’UNEF, du MNL, et de l’ULN

Plus que jamais le 1er Mai

Alors que le monde entier fait face à la pandémie, ce premier mai sera plus que jamais la journée internationale de luttes des travailleuses et travailleurs.

Depuis le début de la crise sanitaire, des millions de personnes sont confinées. De nombreux pays vivent grâce aux oublié-es, aux invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie.

Évidemment ce sont d’abord l’ensemble des personnels de santé qui n’ont pas compté leurs heures, leur dévouement. Ensuite il y a tous les salarié-es, souvent des femmes, du commerce, de l’agro-alimentaire, du paramédical du social, du nettoiement…, ainsi que tous-tes ces agent-es de la fonction publique qui ont continué d’assurer leurs missions de service public, et plus largement ceux et celles qui travaillent au service de la population.

Les paroles de reconnaissance des gouvernements n’ont pas été suivies d’actes forts. Les mots sont évidemment insuffisants pour exprimer notre colère, et notre détermination à faire changer les choses.Nous porterons ce 1er mai 2020, bien que confiné-es, les revendications qui sont plus que jamais d’actualité.

Car sacrifier la santé des travailleurs.ses n’est pas admissible :
Si la « reprise » de la vie sociale, dont le travail fait partie, est une espérance, une nécessité pour beaucoup d’entre nous, (et pour d’autres plus pour remettre leur profit à l’ordre du jour), cela ne peut se faire sans la garantie la plus absolue de la sécurité de chacun, chacune, ainsi que celle de ses enfants. La santé, la sécurité, le droit de retrait, de grève, le droit syndical doivent être respectés !!

Car sacrifier les droits des travailleurs.ses sur l’autel de l’économie n’est pas tolérable et ne pourra continuer quelle que soit la situation :
Des semaines à 60 heures de travail, la perte des congés, des jours de repos, le travail dominical étendu, les abus sur le télétravail ne sont pas légitimes et ne peuvent durer ! Ce n’est pas une prime donnée au bon vouloir du patron, ou de l’employeur public, une aide ponctuelle aux plus modestes qui suffiront aux travailleurs.euses : ce sont de vraies revalorisations salariales du SMIC et des salaires en particulier dans les conventions collectives où ils sont les plus bas, tout comme dans la fonction publique !

Sacrifier les plus précaires d’entre nous n’est pas admissible dans une société d’égalité et de solidarité :
Vacataires, intérimaires, intermittent-es, services civiques, la précarisation des travailleur.euses s’est multipliée ces dernières années, et la situation des chômeur.euses et étudiant-es a été dégradée, tout comme celle des sans-papiers aujourd’hui ignoré-es sur le plan sanitaire comme social.
Elles et ils payent le prix fort de la situation, et les inégalités sociales explosent. Le manque d’investissement au niveau de la santé, la réforme de l’assurance chômage, le projet de réforme de la retraite par points, mettent à mal la protection sociale, laquelle est un socle protecteur.

De plus, le développement des services publics est nécessaire et indispensable pour assurer l’égalité et répondre aux besoins de la population. De nombreuses aides sont prévues pour les entreprises, alors que pour ceux et celles qui sont dans les situations difficiles, elles restent mineures. Il faut permettre la suspension des loyers et des dépenses de toute l’énergie, une aide pour l’accès à Internet et aux transports, car nous savons que si la crise sanitaire peut régresser, la situation économique et sociale va continuer à faire des dégâts.

Cette situation inédite, qui peut malheureusement perdurer et/ou continuer, a remis en lumière l’essentiel : Un hôpital et un système de santé publique avec de vrais moyens humains, matériels, financiers, un système de protection sociale large tout au long de la vie, des services publics qui ne sont pas sacrifiés par des politiques de restructurations, suppressions au bénéfice des appétits de ceux qui prospèrent dans ce système   capitaliste !

Le 1er mai doit permettre à chacun et chacune de s’emparer de ces revendications, et par tous les moyens de les rendre visibles.

Même confiné-es, manifestons toutes et tous le 1er mai, avec des pancartes, banderoles ou en envahissant les réseaux sociaux(…) et donnons à cette journée une véritable force collective !

Le 1er mai, soyons visibles, solidaires, déterminées. Nous ne paierons pas la crise générée par des choix politiques d’un système capitaliste mortifère.

Transformons le monde de demain en un monde vivable, de justice sociale, écologiste et féministe !

Montreuil, le 20 avril 2020

mai 2020

 

1er mai 2020

En fin de billet, notre concours « masqué.e.s pas muselé.e.s » continue !

Merci de vos photos !

muguet 2020

1er mai : ce n’est pas la fête du travail, mais la fête des droits des travailleurs ! Depuis 1890, cette date donne lieu à des manifestations pour les droits des salariés et marque la solidarité internationale aux quatre coins du monde. Et depuis des dizaines d’années, les communistes de Saint Gratien vous proposent leur muguet !

Cette année, rien ne sera comme d’habitude..muguet 2018 3

En 2020, c’est un 1er mai confiné, sans manifs ni vente militante de muguet ! Et pourtant, rarement le rôle des travailleurs et leur place dans notre société auront été autant visibles. Que ferions-nous, que serions-nous sans les vendeuses et caissières, sans les agriculteurs, sans les éboueurs, sans les livreurs, postiers, policiers… et bien sûr sans les travailleurs de la santé, médecins, infirmières, aides-soignantes ? Ce 1er Mai 2020 est sous le sceau de la crise sanitaire qui frappe le monde. Il révèle avec beaucoup de violence les inégalités, l’exploitation, la spoliation des droits des salariés… dans notre pays et à travers toute la planète.  

Certes, nous ne pouvons pas nous retrouver dans la rue, sur les trottoirs, au porte-à-porte,  pour manifester, mais nous pouvons continuer à utiliser les réseaux sociaux, les balcons… pour le faire.

Et plus que jamais, même virtuel, le brin de muguet, symbole de lutte, d’espoir, de bonheur, est d’actualité. Vous pouvez contribuer à la souscription exceptionnelle du 1er mai, pour permettre au PCF de mener ses actions, d’avancer ses propositions, tout au long de l’année.  

muguet 2017-1

Voici le programme du PCF pour ce 1er mai 2020. Avec le slogan «  MASQUÉ.E.S PAS MUSELÉ.E.S ! », dans les conditions spéciales du confinement et de la lutte contre le COVID-19, le PCF se mobilise pour défendre les droits des travailleurs et faire entendre la voix des salariés dans le pays. 

À cet effet, le PCF organise une série d’initiatives :

Jeudi 30 avril

17h30 : Table ronde en direct sur la page facebook du PCF : 1er mai, masqué.e.s mais pas muselé.e.s !

Avec Fabien Roussel, secrétaire national du PCF ; Delphine Bithorel, ouvrière – représentante CGT ; Christophe Prudhommme, médecin, porte-parole de l’association des médecins urgentistes de France

Vendredi 1er mai 

Campagne de vente du muguet virtuel du PCF 

– Livraison de muguet aux personnels soignants

– Lancement de la mobilisation #MasquésPasMuselés 

Nous invitons l’ensemble des citoyen.ne.s à exprimer leurs revendications en utilisant le hashtag #MasquésPasMuselés et en affichant celles-ci sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter, instagram…)

Banderoles à vos fenêtres, manifestations chez vous, slogans sous forme de selfies. On compte sur votre inventivité ! 

– Prise de parole de Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, à 18 heures, à retrouver sur la page Facebook et le compte Youtube du PCF

Pour notre part, nous participons au concours « MASQUÉ.E.S PAS MUSELÉ.E.S » ! Nos premières productions ci-dessous ! Envoyez-nous les vôtres !

muguet 2020-1

muguet 2020-9

muguet 2020-10

muguet 2020-8

muguet 2020-21

muguet 2020-22

muguet 2020-23

muguet 2020-24

muguet 2020-25

muguet 2020-27

muguet 2020-28

muguet 2020-29

muguet 2020-30

muguet 2020-31

muguet 2020-32

Merci !

Merci à toutes celles et tous ceux qui sont venus nous soutenir ce matin, en nous achetant un brin de muguet, en nous souhaitant bon courage, en discutant quelques instants avec nous à l’un de nos trois points de vente dans Saint Gratien.

Merci à celles et ceux qui se sont levés tôt et ont donné de leur temps pour organiser au mieux ce moment important pour notre parti. Nous y trouvons un intérêt certes financier, car notre activité tout au long de l’année dépend beaucoup de ces initiatives. Mais l’essentiel pour nous est d’être présents, actifs et visibles, utiles par nos propositions et nos actions issues de nos échanges avec nos concitoyens.

À noter : notre muguet est transporté tout à fait écologiquement en ville, sans aucune émission de particules ! Le vélo à carriole, transport d’avenir !

mai 2019-9.jpg

Bon 1er mai à toutes et tous !

 

 

 

 

 

À demain !

mai 1er1er mai : journée d’action et de mobilisation internationale pour les droits des travailleurs, le progrès social, la paix et la solidarité.

En ce 1er mai 2019, alors que 9 millions de personnes vivent en France avec des revenus en-dessous du seuil de pauvreté dont 6 millions sont privés d’emploi, que de nombreux jeunes sont en situation de précarité, les raisons de se mobiliser et de manifester ne manquent pas . C’est une autre répartition des richesses qu’il faut mettre en œuvre ainsi qu’une fiscalité plus juste et plus progressive, établir une protection sociale de haut niveau, et s’engager d’urgence dans une réelle transition écologique. Le 1er mai est aussi un moment de solidarité internationale.

La manifestation syndicale parisienne partira à 14h30 de Montparnasse en direction de Place d’Italie. 

Pour les communistes, c’est bien évidemment aussi une journée de mobilisation, qui commence dès le matin par la vente du muguet, moment militant essentiel et souscription fondamentale qui permet d’aider à financer notre activité tout au long de l’année. muguet 2019

Les communistes de Saint Gratien et leurs amis vous attendent demain matin à partir de 9 heures pour vous proposer le « brin de l’espoir », échanger sur les luttes actuelles ou à venir, sur les échéances électorales, sur la vie politique locale…

Nous serons présents au centre-ville place du Forum, à l’entrée du marché municipal et au centre commercial des Raguenets. À demain !