Une réforme injuste et brutale

À la veille de la première journée de mobilisation contre la « réforme » des retraites, je viens de signer ce texte.

Les photos qui l’illustrent ont été prises mardi 17 janvier, lors du meeting parisien de la gauche rassemblée, au gymnase Japy. 

Appel des élu·e·s communistes, républicain·e·s et citoyen·nes du Val d’Oise

La première ministre a précisé le contenu de la réforme des retraites : report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans et accélération de l’augmentation de la durée de cotisation.

Dans une période déjà lourde d’inquiétudes pour nos concitoyennes et concitoyens, avec l’inflation et la hausse des prix de l’énergie, le gouvernement à donc décidé de mettre en œuvre une réforme injuste et brutale.

Injuste parce qu’elle va frapper d’abord celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, sur des métiers durs, notamment les femmes aux parcours plus hachés.   Brutale parce qu’elle aura pour conséquence d’allonger la période de précarité de celles et ceux, qui avant d’arriver à la retraite, ne sont plus en emploi et passent par la case chômage, RSA, invalidité ou encore allocation de solidarité spécifique. Cela concerne 4 personnes sur 10, et particulièrement les ouvrier.e.s et les employé.e.s.

La population du Val d’Oise , territoire mixte entre ruralité et fortes concentrations urbaines, paiera le prix fort de cette réforme. C’est dans ce département que l’on a trouvé pendant la crise sanitaire beaucoup des métiers dit « de première et de seconde ligne » : caissières, infirmières, auxiliaires de vie, livreurs ou encore manutentionnaires. Hier nous les applaudissions, demain ils devront partir plus tard à la retraite.

Rappelons que l’écart d’espérance de vie entre un cadre et un ouvrier est de 7 ans, et qu’à 62 ans 25% des plus pauvres sont déjà mort.e.s.

La population du Val d’Oise est l’une des plus jeunes de la France métropolitaine. Cette réforme donne un signal très négatif à une jeunesse déjà malmenée et en difficulté pour s’insérer correctement sur le marché du travail.

Rien ne justifie une telle réforme. Non, notre système de retraites n’est pas au bord de la faillite ! Il est même aujourd’hui excédentaire. D’autres solutions existent pour financer les très légers déficits prévus hypothétiquement dans les prochaines années. Mais le gouvernement a fait le choix politique de faire des économies sur le dos des plus modestes.

C’est pourquoi nous élu.e.s Communistes, Républicain.e.s et Citoyen.ne.s du Val d’Oise, disons notre opposition ferme à ce projet de réforme et serons dans la rue aux côtés des forces sociales, syndicales et politiques. Ces actions sont un signal fort adressé à ce gouvernement qui, aux abois, cherche désespérément une majorité parlementaire avec la droite LR.

Les Françaises et les Français sont très majoritairement contre cette réforme des retraites, les syndicats sont pour la première fois depuis plus de dix ans à l’unisson, et la gauche unie fait bloc.

Ensemble, nous pouvons faire reculer le gouvernement !

2 réflexions sur “Une réforme injuste et brutale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s