La faute à Valérie

Le nouveau PDG de la RATP, Jean Castex, présente aujourd’hui un plan de sortie de crise pour un retour progressif à un niveau de service normal en avril prochain, après plusieurs mois de galère pour les usagers. Il annonce pour cela « recruter 4 500 personnes dont 2 500 conducteurs de bus et 400 conducteurs de métro, presque le double qu’en 2022″.

Personne n’ignore l’extrême dégradation des conditions de transport en Île-de-France. Mais à quoi est due cette situation qui exaspère, à juste titre, les usagers ?

Au Conseil municipal du 15 décembre, le maire a fait voter une motion concernant ce problème qui perdure depuis plusieurs mois.  Nous étions d’accord sur le constat, que chacun·e peut malheureusement constater tous les jours, notamment sur la ligne du RER C, mais aussi sur les lignes H et J, et sur les lignes de bus. Nous étions d’accord sur la demande du retour à une offre à 100%.

Mais, et le « mais » est de taille, les responsabilités de cette désorganisation des transports qui rend nos déplacements toujours plus compliqués, est-ce bien seulement la SNCF, ciblée dans la motion du maire comme unique comptable des trains supprimés ? Évidemment non ! Nous critiquons bien sûr les choix de la SNCF, qui résultent d’un manque d’investissement dans le ferroviaire. Mais il est trop facile de dédouaner la droite régionale en accusant SNCF et RATP.   

Car qui donc a demandé en octobre 2021 à la SNCF et à la RATP, de NE PAS rétablir l’intégralité de l’offre de transports telle qu’elle était avant la période Covid, dans le but de faire réaliser quelques économies budgétaires à IDF-Mobilités, organisateur des transports collectifs ? Une certaine Valérie Pécresse, présidente de la région IDF et à ce titre, présidente de IDF-Mobilités…

Le « Canard enchaîné » s’en fait l’écho… c’est à lire ci-dessous.

Les élu·e·s communistes au Conseil régional avaient dès octobre 2021 alerté sur cette réduction, dont les effets n’ont pas tardé à se faire sentir : moins de rames, de trains et de bus et aussi des formations de conducteurs ajournées, ce qui a entraîné la pagaille qu’on connaît à présent.

Céline Malaisé, présidente du groupe de la Gauche communiste, écologiste et citoyenne au Conseil régional, le dénonçait dès octobre 2021 : Valérie Pécresse « baisse l’offre de transports sur 165 lignes de bus, 13 lignes de métro, RER C, D et E, les Transiliens H, N, U et 6 lignes de tram. Quand les Franciliens reviendront pleinement vers les transports ce sera le chaos… »

Tout le monde vote alors cette mesure sauf le PCF et LFI.

La pénurie de personnel aggrave la crise. Mais à quoi est-elle due ?

Les opérateurs de transport se sont adaptés aux ordres de baisser l’offre et le recrutement de chauffeurs, de machinistes…. a ralenti.

Mais de plus, cette baisse de l’offre réalisée pour faire faire quelques maigres économies à IDF-Mobilités, s’additionne à un autre choix politique de Valérie Pécresse. En février 2022, elle fait voter l’ouverture à la concurrence du réseau historique des bus de la RATP, a lors que rien ne l’y oblige.

Découpés en 12 lots, il est prévu que tous les bus soient basculés dans une gestion privée au 1er janvier 2025.

Céline Malaisé nous raconte la suite.  

« Alors pour préparer la privatisation, la RATP dégrade les conditions de travail de ses agents pour être compétitive dans les appels d’offre. Elle augmente leur temps de travail (près d’une heure en plus pour les chauffeurs de bus depuis le 1er août) et sans augmentation de salaire alors que l’inflation galope. Elle fait basculer ses agents d’un contrat de droit public à un contrat de droit privé.

Conséquence : les conditions de travail sont de pire en pire et les agents entrent dans la précarité ne sachant pas pour quelle entreprise ils travailleront en 2025 avec la bascule dans la concurrence.

Résultat : les démissions augmentent comme jamais et accélèrent la pénurie. »

Pour stopper cette spirale infernale, arrêter la privatisation des transports, revaloriser les salaires et les conditions de travail des agents et lancer un plan de recrutement en urgence, remettre l’offre à 100%, faites-vous entendre !

Signez comme 50 000 Francilien·nes la pétition « Stop Galère » !

 

Une réflexion sur “La faute à Valérie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s