Au Conseil de novembre… (2)

Suite de notre compte-rendu de la séance du 17 novembre 2022 du Conseil municipal de Saint Gratien

Notre deuxième intervention sur les orientations budgétaires (Stéphane Bauer)

Nous revenons sur les nécessaires économies d’énergie que doit réaliser la ville.

Il y a 11 ans déjà, lors des ateliers agenda 21 organisés par la commune, nous avions avancé des propositions en matière de géothermie, de chauffage par l’utilisation des eaux usées…. Et nous avions été assez moqués !  Il apparaît aujourd’hui que la ville a manqué là un virage environnemental.

Nous remarquons que les chiffres ont évolué depuis la commission des finances et nous travaillons donc sur un document qui n’a pas été actualisé. Il y a eu des arbitrages, nous indique l’adjoint aux finances.

Nous nous interrogeons sur la situation difficile de la ville, qui connaît des augmentations considérables de ses factures d’énergie : +300 000€ sur 2022 et les mêmes prévisions pour 2023. Cela représente une hausse de +35%, à quoi il faudra ajouter les augmentations que répercuteront les divers sous-traitants.

Où en sont les négociations avec eux ?

Pas encore d’informations d’après l’adjoint aux finances, notamment en ce qui concerne Sogérès, que la ville n’a pas encore rencontré.  

Quels arbitrages alors la ville a-t-elle effectués ? Le maire donne l’exemple de l’ouverture et fermeture des parcs qui se fera désormais par du personnel communal : voilà une source d’économies. Il y en aura d’autres lors du vote du budget. (Nous restons dubitatifs, car cet exemple n’apporte que des économies très modestes..)

Peut-on estimer la charge supplémentaire de la ville de +1,8 million à +2 millions ? Elle doit en effet supporter une « charge » de + 1 million d’euros suite aux augmentations des rémunérations du personnel.

Or la ville perçoit 1,3 million au titre de la participation des usagers pour le périscolaire et 12 millions au titre des impôts.

Après calculs de simulation, même si la ville augmentait de 10% les tarifs périscolaires et de 20% les recettes de la taxe foncière, elle ne retrouverait pas ces 1,8 million…. C’est donc un effort financier très conséquent auquel elle va devoir procéder. 

La ville va-telle actionner ces deux leviers dans ces proportions ?

Pas de réponse de la part de l’adjoint qui se contente de vanter les efforts faits par la collectivité pour « optimiser » sa gestion.

D’après lui, l’effort sera réparti. Les ressources humaines représentent 55% des dépenses de fonctionnement et avec les charges dites générales, on a l’essentiel de ces dépenses. Comment réduire l’impact  de la revalorisation du point d’indice et de l’augmentation du Smic ? « Optimisation ! » nous répète l’adjoint. Dans les services, cela peut se traduire par le non remplacement de fonctionnaires. Pourtant la ville affirme dans son document budgétaire qu’il y a « stabilité » du personnel…

Les services fonctionnent bien car les habitants ne se plaignent pas, toujours selon l’adjoint, qui nous répète qu’il n’y a d’autre solution que de réduire les charges, et en autres celles de personnel.  

La commune serait-elle éligible à une nouvelle aide, un « bouclier » pour faire face à l’inflation et au coût du personnel ? Cela est très hypothétique, selon le maire il y a trop de critères et très peu de villes éligibles.  

N’y a-t-il pas d’autres possibilités d’économies ? Nous soulignons que la rénovation de la voirie coûte beaucoup : les aménagements dans ce domaine s’élèvent à 3 ou 4 millions chaque année… ralentisseurs, dos d’ânes et autres dispositifs pour réduire les nuisances et les incivilités… Pourtant, les habitants se plaignent de manière récurrente car à chaque réunion de quartier reviennent les doléances en matière de circulation et de stationnement.

N’y aurait-il pas des économies sur ces investissements à faire en déportant une partie des déplacements en voiture sur les mobilités douces ? (Brouhaha parmi les élus, adeptes forcenés de la bicyclette…)

Le maire n’a visiblement pas envie d’aborder ce débat… il décide que nous avons assez parlé… et met fin à notre intervention.

Un débat budgétaire tronqué, puisque nos deux interventions sur le sujet auront eu le même sort : interruption brutale avant que nous ayons terminé…

À suivre le 15 décembre 2022, lors du vote du budget

4 réflexions sur “Au Conseil de novembre… (2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s