8 mars 2020

Sororité

Alors non, le féminisme n’est ni « consensuel », ni « puritain », ni « victimaire », comme on entend ici ou là le proférer les fils malades du patriarcat dans leur guerre préventive contre l’égalité. Et gare au retour de bâton

8 mars 2020Gardez vos roses, messieurs. Avec les Rosie en grève, le 8 mars a ­repris des couleurs, ­renouant avec les origines ouvrières et socialistes de cette journée. ­Depuis trois ans, le patriarcat subit les plus vifs coups de boutoir de son histoire. Cette nouvelle vague féministe, portée par une jeunesse qui ne supporte plus de courber l’échine devant la violence de la domination masculine, redessine l’imaginaire social et les rapports de pouvoir qui perpétuent les inégalités de genre.

Le courant est si puissant que les grands de ce monde, sentant le vent tourner, font mine de s’y ­atteler, à coups d’opportunisme marketing et autre « féminisme washing ». Sur ce registre, l’imposture féministe du gouvernement sur les retraites n’aura dupé personne. Mieux, les conséquences dramatiques de cette réforme sur les pensions des femmes, que le pouvoir macroniste condamne à la perspective du minimum vieillesse, ont mis de l’huile dans le moteur du mouvement social, renouvelé avec créativité ses modes de lutte. Le grand débat de société ouvert sur l’enjeu des retraites a démontré les effets pervers de l’assignation au travail reproductif, mais aussi combien la surexploitation du deuxième sexe est un outil de dumping social pour le patronat.

Alors non, le féminisme n’est ni « consensuel », ni « puritain », ni « victimaire », comme on entend ici ou là le proférer les fils malades du patriarcat dans leur guerre préventive contre l’égalité. Et gare au retour de bâton. « L’histoire de l’opposition des hommes à l’émancipation des femmes est plus intéressante peut-être que l’histoire de cette émancipation elle-même », avançait Virginia Woolf. Les récentes ­restrictions du droit à l’IVG, aux quatre coins de la planète, rappellent combien le patriarcat ne cédera pas gentiment la place. Et aucun groupe social, aucune famille politique, aucune religion n’en est immunisé. Bien loin des polémiques hexagonales manichéennes, rappelons ici que, pour des millions de femmes dans le monde, leur engagement féministe ne les expose pas qu’à une vindicte réactionnaire, mais à la prison ou la mort.

Maud Vergnol, dans l’Humanité du 8 mars 2020

 

2 réflexions sur “8 mars 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s