3 réflexions sur “Saint Gratien : européennes 2019, les résultats

  1. Breve_Analyse

    Merci pour ses résultats. Je ne sais pas s’ils sont sur le site de la ville.

    Ce qui saute aux yeux :

    Des taux de participation très contrastés par bureau. Peut être moins de 1/3 de votants sur certains bureaux. L’Europe intéresse peu dans certains endroits ou suscite peu de motivation.

    Un chiffre qu’on ne connaît pas : le nb d’électeurs qui n’a pu voter en raison du mic mac avec les nouvelles cartes électorales.

    Un poids des nuls et blancs qui fleurte les 3,5%. Malgré la présence de 34 listes.

    LREM en tête en ville. La liste rpr reléguée à la 4ieme position. Du jamais vu en ville. Émiettement des scores à gauche. Des verts qui s’en sortent honorablement. Bien qu’invisibles en tant que force constituée en ville…

    Lrem a un boulevard. Le maire etait seul pour annoncer les résultats finaux. Un boulevard pour le président du modem venu faire ses courses le soir des élections en mairie…

    A gauche : le plus dur commence. Par quel bout rabibocher ?

    J'aime

  2. AFP, publié le mardi 04 juin 2019 à 12h08

    Un millier de signataires dont les députées LFI Clémentine Autain et Elsa Faucillon (PCF) appellent dans une tribune publiée mardi par Le Monde à un « big bang » de la gauche et à la construction d’un nouveau « cadre de rassemblement politique et citoyen ».

    Au lendemain des élections européennes, où la gauche est apparue « en miettes, désertée par une très grande partie des classes populaires », les auteurs -élus, militants politiques, associatifs et syndicaux, artistes et intellectuels- estiment nécessaire « un big bang » pour « construire une espérance capable de rassembler et de mobiliser ».

    Un big bang qui doit « toucher aux formes de l’engagement », à l’heure où la « défiance est massive à l’égard des représentants et des partis politiques ».

    Si le score remarqué des écologistes d’EELV aux européennes (13,47%) a permis à la gauche de totaliser 31,7% des voix, contre à peine 26% à la présidentielle de 2017, le scrutin européen a aussi été marqué par la déroute de LFI (6,31%) ainsi que les scores modestes de PS/Place publique (6,19%), de Générations (3,27%) et du PCF (2,49%).

    « Il est temps de se parler et de s’écouter, de se respecter pour pouvoir avancer en combinant le combat pour les exigences sociales et écologiques », dit le texte, dans ce qui peut se lire comme une critique implicite du fonctionnement de la France insoumise.

    « +Insoumis+, communistes, anticapitalistes, socialistes et écologistes décidés à rompre avec le néolibéralisme » doivent engager le dialogue mais aussi plus largement les citoyens, le monde syndical, poursuivent les auteurs.

    « Loin du ressentiment et de la haine pour moteur, nous devons faire vivre un horizon commun de progrès pour l’humanité », jugent-ils -une phrase qui fait écho à des critiques déjà formulées la semaine dernière par Clémentine Autain, sur « l’état d’esprit polémique et clivant » qui prime selon elle dans le mouvement de Jean-Luc Mélenchon.

    Les signataires appellent à un rassemblement le dimanche 30 juin au cirque Romanès à Paris.

    Parmi les premiers signataires, de nombreux membres de Générations (Yves Contassot, Guillaume Balas, Régis Juanico), des écologistes comme le conseiller de Paris Jérôme Gleizes, des communistes comme le maire de La Courneuve Gilles Poux ou le député Stéphane Peu.

    https://actu.orange.fr/politique/autain-et-un-millier-de-signataires-appellent-a-un-big-bang-a-gauche-CNT000001gb5fb.html

    J'aime

  3. Jean Luuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuc !

    6Medias, publié le dimanche 02 juin 2019 à 11h14

    Insoumis, autopsie d’une défaite (2/2)par BFMTV

    Les sympathisants de Jean-Luc Mélenchon et de la France insoumise sont inquiets depuis le dimanche 26 mai, jour des élections européennes. Leur leader ne s’exprime plus, et semble mal digérer le faible score obtenu par le parti.

    Avec 6,3% des voix et seulement six futurs eurodéputés, le bilan de la France insoumise aux élections européennes est timoré. Pour rappel, le parti présidé par Jean-Luc Mélenchon avait récolté 19,6% des suffrages à la présidentielle en 2017, plus de trois fois le score obtenu par la liste de Manon Aubry le 26 mai dernier.

    Et ce résultat, au-delà des militants et des sympathisants, semble plus particulièrement affecter le leader insoumis, Jean-Luc Mélenchon lui-même. On ne le voit plus, ne l’entend plus depuis le scrutin, lui qui d’ordinaire tient à occuper le paysage politique et médiatique en permanence.

    Et c’est par un texte relativement court que l’ancien candidat à l’élection présidentielle a enfin donné signe de vie sur son site internet samedi 1er juin. Un message baptisé « Pendant que la poussière retombe ». Un titre on ne peut plus clair.

    Une députée frondeuse ?

    Rapidement, le président de la France insoumise tient à rassurer ses soutiens, et sent bien que son silence ne fait qu’empirer la situation. Alors il donne des explications, cinq pour être exact. Premièrement, il déclare qu’il se repose. « C’est normal au terme de près d’un an de campagne dans laquelle j’ai été très investi en même temps que je menais ma vie de parlementaire », déclare-t-il via son site internet.

    Il revient ensuite sur son titre, et écrit : « Par tradition intellectuelle, j’attends toujours que ‘la poussière retombe’ avant d’analyser un nouveau paysage ». Enfin, il justifie son absence par le calendrier des futurs eurodéputés de son parti : « J’attends aussi la fin de l’installation de notre délégation insoumise au Parlement européen avant de m’exprimer. »

    Les quatrième et cinquième points se concentrent sur « l’élégance dans la vie politique » et les « innombrables marques de solidarité et de tendresse dans l’épreuve » qui lui ont été adressées depuis dimanche dernier.

    Il donne tout de même rendez-vous à ses partisans, et fixe la date du 6 juin pour officiellement prendre la parole. « Je dirai mon appréciation du moment politique. Je proposerai une suite pour notre chemin et je dirai ce qu’il en sera pour moi. » Doit-on y voir une potentielle annonce de mise en retrait pour le député des Bouches-du-Rhône ? Ou bien peut-être un recadrage de sa collègue à l’Assemblée Clémentine Autain, qui dénonçait dans L’Obs au lendemain des élections une stratégie du « clash » de la France insoumise qui pourrait expliquer le faible résultat ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s