8 mai 2019

Rendez-vous ce mercredi 8 mai 2019 à 10h30 sur la place Gambetta devant la mairie de Saint Gratien pour la cérémonie de commémoration de la victoire du 8 mai 1945 sur le nazisme.

Les élus PCF-Front de Gauche déposeront une gerbe au pied du monument aux morts, avant de poursuivre la cérémonie au cimetière. 

mai 2019 cérémonie

9 réflexions sur “8 mai 2019

    1. Christelle Rebière

      Christophe Castaner a fait son mea culpa Vendredi 3 mai, après ses propos polémiques sur l’intrusion à la Pitié-Salpêtrière. Pour Ian Brossat, tête de liste communiste aux européennes, le ministre de l’Intérieur « doit démissionner » car il « a menti de manière éhonté ».

      « Place Beauvau on a le roi des mythos » et « le tissu de mensonge est la seule étoffe qui lui aille », a-t-il ajouté. « On ne peut pas continuer à avoir un menteur et un manipulateur au ministère de l’Intérieur », explique-t-il.

      Le baromètre RTL, Odoxa, FG2A montre que seuls 28% des Français voient la construction européenne avec espoir, c’est deux fois moins qu’il y a 15 ans. Un chiffre qui ne surprend pas Ian Brossat car « en lieu et place d’une Europe […] on nous a refourgué le libéralisme », constate-t-il. « On a supprimé nos hôpitaux, nos maternités et nos petites lignes de chemin de fer » au nom du respect de la règle des « 3 % de déficit public » imposée par l’Europe.

      « L’Europe n’est pas assez protectrice » et pas « assez sociale », estime le candidat communiste. Il ne veut plus d' »une Europe dans laquelle on se tire dans les pattes entre États européens ». « Si nous voulons que l’Europe porte à nouveau un espoir, il faut rompre avec ces traités européens » sans pour autant sortir de l’Union, déclare-t-il.

      J'aime

  1. Gilets jaunes : nous ne sommes pas dupes  !
    Par Des personnalités du monde de la culture — 4 mai 2019 à 09:58
    Juliette Binoche, Emmanuelle Béart, Edouard Louis, Alain Damasio… Autant de personnalités qui apportent leur soutien à un mouvement «sans précédent dans l’histoire». Un mouvement qui représente tous les métiers de la culture. Un mouvement que le pouvoir cherche à discréditer et réprime sévèrement alors que la violence la plus menaçante est économique et sociale.

    Tribune. Depuis plusieurs mois, le mouvement des gilets jaunes, sans précédent dans l’histoire de la Ve République, bat le pavé de nos rues.

    Un mouvement de citoyen·ne·s, né spontanément, qui ne se rattache à aucun parti politique. Un mouvement qui mobilise des dizaines de milliers de Français·e·s chaque samedi, depuis plus de six mois, et qui est soutenu par des millions d’autres. Un mouvement qui réclame des choses essentielles : une démocratie plus directe, une plus grande justice sociale et fiscale, des mesures radicales face à l’état d’urgence écologique.

    Ce qu’ils demandent, ils le demandent pour tou·te·s. Les gilets jaunes, c’est nous. Nous, artistes, technicien·ne·s, aut·eur·rice·s, de tous ces métiers de la ­culture, précaires ou non, sommes absolument concerné·e·s par cette mobilisation historique.

    Et nous le proclamons ici : Nous ne sommes pas dupes ! Nous voyons bien les ficelles usées à outrance pour discréditer les ­gilets jaunes, décrits comme des anti-écologistes, extrémistes, racistes, casseurs… La manœuvre ne prend pas, ce récit ne colle pas à la réalité même si médias grand public et porte-parole du gouvernement voudraient bien nous y faire croire. Comme cette violence qu’ils mettent en exergue chaque samedi. Pourtant la violence la plus alarmante n’est pas là.

    Le bilan de la répression s’aggrave chaque semaine. Au 19 avril, on recensait 1 décès, 248 blessé·e·s à la tête, 23 éborgné·e·s, 5 mains arrachées chez les manifestant·e·s. C’est indigne de notre République. Et nous ne sommes pas les premier·e·s à le dénoncer : Amnesty International, la Ligue des droits de l’homme, l’ONU, l’Union européenne, le Défenseur des droits, tou·te·s condamnent les violences poli­cières sur les gilets jaunes en France.

    Le nombre de blessé·e·s, de vies brisées, d’arrestations et de condamnations ­dépasse l’entendement. Comment peut-on encore exercer notre droit de ­manifester face à une telle répression ? Rien ne justifie la mise en place d’un arsenal législatif dit «anticasseur» qui bafoue nos libertés fondamentales.

    Nous ne sommes pas dupes ! La violence la plus menaçante est économique et sociale. C’est celle de ce gouvernement qui défend les intérêts de quelques-un·e·s aux détriments de tous et toutes. C’est la violence qui marque les corps et les esprits de celles et ceux qui s’abîment au travail pour survivre.

    Puis nous devons –  c’est une urgence historique  – affronter collectivement la crise écologique et trouver des solutions justes et efficaces, afin de laisser un monde vivable à nos enfants. Nous ne sommes pas dupes  ! Ce gouvernement n’a cessé de reculer sur la question pour ne pas inquiéter les responsables du désastre annoncé. Les gilets jaunes le dénoncent comme les militants écologistes. Aujourd’hui, la convergence des luttes sociales et environnementales est en route.

    Nous continuerons à nous indigner, plus fort, plus souvent, plus ensemble.

    Et aujourd’hui, nous appelons à écrire une nouvelle histoire.

    Nous, écrivain·e·s, musicien·ne·s, réalisa·teur·trice·s, édit·eur·rice·s, sculpt·eur·rice·s, photographes, technicien·ne·s du son et de l’image, scénaristes, chorégraphes, dessinat·eur·rice·s, peintres, circassien·ne·s, comédien·ne·s, product·eur·rice·s, danseu·r·se·s, créat·eur·rice·s en tous genres, sommes ­révolté·e·s par la répression, la manipulation et l’irresponsabilité de ce gouvernement à un moment si charnière de notre histoire.

    Utilisons notre pouvoir, celui des mots, de la parole, de la musique, de l’image, de la pensée, de l’art, pour inventer un nouveau récit et soutenir celles et ceux qui luttent dans la rue et sur les ronds-points depuis des mois.

    Rien n’est écrit. Dessinons un monde meilleur.

    «A dream you dream alone is only a dream / A dream you dream together is reality.» John Lennon

    Les premiers signataires : Juliette Binoche, comédienne ; Emmanuelle Béart, comédienne ; Jeanne Balibar, comédienne, réalisatrice ; Swann Arlaud, comédien ; Bruno Gaccio, auteur ; Anne-Laure Gruet, actrice, réalisatrice ; ­Gérard Mordillat, romancier, cinéaste ; ­Annie Ernaux, écrivaine ; Edouard Louis, écrivain ; Stanislas Nordey, metteur en scène comédien ; Denis Robert, écrivain; Yvan Le Bolloc’h, chanteur, comédien ; Elli Medeiros, artiste ; Marion Montaigne, autrice de BD ; Gilles Perret, réalisateur ; Alain Damasio, écrivain ; Liliane Rovère, comédienne ; Jean-Claude Petit, compositeur, chef d’orchestre ; Anouk Grinberg, actrice ; Frank Margerin, auteur de BD ; Simon Abkarian, comédien ; China Moses, musicienne ; Alexandre Gavras, producteur ; Fanny Cottençon, comédienne ; Guillaume Brac, cinéaste ; Julien Seri, réalisateur ; Mireille Perrier, comédienne ; Alain Guiraudie, cinéaste ; Emile Bravo, auteur de BD ; Luis Rego, comédien ; Olivier Rabourdin, comédien ; Christian Benedetti, metteur en scène directeur ; Christine Boisson, actrice ; Jean-Pierre Thorn, cinéaste ; Sam Karmann, acteur réalisateur ; Anne Alvaro, comédienne ; Bernard Blancan, comédien réalisateur ; Xavier Durringer, auteur réalisateur ; Pierre Schoeller, cinéaste ; Florent Massot, éditeur ; Martin Meissonnier, compositeur, réalisateur ; Aline Pailler, productrice radio ; Stéphane Brizé, réalisateur ; Dominique Cabrera, réalisateur ; Jacques Bonnaffé, comédien ; Mariana Otero, réalisatrice ; Laurent Bouhnik, réalisateur ; David Hermon aka Cosmic, musicien ; Jean-Pierre Duret, ingénieur du son, réalisateur documentaire ; Blandine Pélissier, metteuse en scène ; Ludovic Bource, compositeur ; Niko Kantes (Sporto Kantes), musicien ; Robert Guédiguian, réalisateur producteur ; Ariane Ascaride, actrice.

    Les 1400 autres artistes et créateur.rice.s signataires sur: http://www.nousnesommespasdupes.fr/

    J'aime

  2. Dites 33 docteur...

    AFP, publié le samedi 04 mai 2019 à 16h42

    Un nombre record de 33 listes ont été déposées pour les élections européennes prévues le 26 mai en France, dont trois issues des « gilets jaunes », témoignant d’un éclatement de l’échiquier politique dominé par le Rassemblement national et la majorité présidentielle.

    « C’est effectivement un record », a commenté pour l’AFP le politologue Stéphane Rozès, professeur à Science-Po et président de la société de conseils en stratégie Cap.

    « L’écart très important entre l’Europe souhaitée et ce qu’est l’Union européenne (…) entraîne une crise de la représentation politique, qui entraîne à la fois une forte abstention et un éclatement des familles politiques. D’où le nombre de listes », explique-t-il.

    En 1999, dernier scrutin comparable avec une circonscription unique, 20 listes de 87 candidats avaient été déposées. Il devrait donc y avoir, lundi, au total 2.607 candidats le 26 mai en France, après vérification de l’éligibilité des candidats par le ministère de l’Intérieur.

    Un éparpillement qui inquiètent les partis traditionnels et la République en marche engagée dans une lutte pour la première place devant le Rassemblement national, ce qui est loin d’être acquis.

    « Trente-trois listes aux élections européennes. Je doute que les listes nationales contribuent au rassemblement nécessaire des députés qui représenteront les citoyens français désireux de construire une Europe qui prépare notre avenir et nous protège », a twitté le député européen et ancien ministre de l’Economie Jean Arthuis, membre de la majorité présidentielle (LREM).

    Pour la première fois, le RN a été donné jeudi en tête des intentions de vote par deux instituts, avec 1 à 3 points d’avance sur La République en marche, même si une enquête Harris interactive a donné vendredi LREM devant avec 23,5% contre 20% pour le RN.

    – « Changer l’ordre d’arrivée » –

    La multiplication des listes peut « changer l’ordre d’arrivée » en grappillant des voix à LREM ou au RN et avoir « un effet important en termes de scénarisation » politique. Car « si La République en marche arrive devant le Rassemblement national, vous aurez des porte-parole de LREM qui expliqueront qu’ils sont la première force politique de France et inversement si c’est le Rassemblement national qui est en tête », explique Jean-Yves Dormagen, professeur de Sciences politiques à l’Université de Montpellier.

    Et pour Stéphane Rozès, « s’il est confirmé que la liste RN est devant LREM, ça veut dire un double affaiblissement du président Emmanuel Macron ».

    « Au plan européen puisqu’il aspirait à opérer une renaissance de l’Europe ». Et au plan national, car « il n’aura pas les moyens de mener des réformes structurelles comme c’était le cas avant l’été » 2018, c’est-à-dire avant le mouvement inédit des « gilets jaunes » qui dure depuis près de six mois.

    Même s’il semblait s’essouffler samedi dans la rue après des violences qui ont émaillé certaines manifestations, certains membres ont déjà lancé un « troisième ultimatum » à Emmanuel Macron le 25 mai, à la veille des européennes.

    Trois listes sont liées à ce mouvement social qui réclame plus de « justice sociale » et « une meilleure répartition des richesses » : « Evolution citoyenne » de Christophe Chalençon dont la rencontre avec le numéro deux du gouvernement italien et dirigeant du mouvement 5 étoiles Luigi di Maio avait créé une crise diplomatique entre Paris et Rome. « Alliance jaune » menée par le chanteur Francis Lalanne. Ou encore « Mouvement pour l’initiative citoyenne » qui entend organiser un référendum d’initiative citoyenne au niveau national et européen.

    « C’est la décomposition politique en marche », tacle Jean-Christophe Cambadélis, ancien numéro un du Parti socialiste dont la liste n’est créditée que de 5%, voire moins.

    Les partis traditionnels représentent la moitié des listes, avec les Républicains autour de 14% et une gauche incapable de s’unir, comme en témoignent les tentatives de rapprochement ratées entre Génération de Benoît Hamon et la liste PS/Place publique de Raphaël Glucksmann. Plusieurs autres listes représentent notamment des intérêts catégoriels ou locaux, les européennes ayant régulièrement permis à des formations et mouvements plus ou moins structurés de se faire entendre.

    Parmi elles, figurent la liste féministe « A voix égales » de Nathalie Tomasini, ancienne avocate de Jacqueline Sauvage, le Parti animaliste, et toujours une liste pour l’usage de l’Esperanto.
    partagez

    J'aime

  3. Bonjour,

    Ce 7 mai marquera le 65ème anniversaire de la victoire des résistants vietnamiens
    à Dien Bien Phu contre l’armée coloniale française.
    La défaite de Dien Bien Phu en 1954, côté français, marque le début de la fin de l’Empire colonial.
    Le 1er novembre 1954, les résistants algériens lanceront l’offensive finale jusqu’à l’Indépendance en 1962.

    Quelques articles écrits avec le recul de plus d’un demi-siècle :
    https://www.liberation.fr/france/2019/05/05/dien-bien-phu-le-creuset-d-un-desastre-francais_1725143
    https://www.liberation.fr/planete/2019/05/05/dien-bien-phu-nous-sur-le-terrain-on-savait-que-les-viets-etaient-courageux-et-competents_1725140
    https://www.liberation.fr/planete/2019/05/05/dien-bien-phu-nos-chefs-croyaient-a-la-victoire-ils-n-avaient-pas-de-doutes_1725142

    Une brève liste de textes et livres sur l’ex-Indochine française :
    https://www.monde-diplomatique.fr/index/pays/indochinefrancaise

    Si vous visitez le Vietnam, n’oubliez pas d’aller à Dien Bien Phu, le musée célébrant la victoire des peuples indochinois sur le colonialisme français
    représente une page incontournable de l’Histoire de France.
    En 1954, les résistants indochinois ont apporté de l’espoir à tous les peuples colonisés du monde.
    https://www.investigaction.net/fr/dien-bien-phu-une-defaite-de-letat-francais-une-victoire-du-peuple-francais/

    Robert

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s