Conseil municipal de Saint Gratien (2)

mairie 2017Le Conseil municipal de Saint Gratien s’est réuni le 22 novembre 2018. Suite des débats après les orientations budgétaires.

Dérogation au repos dominical : l’autorisation municipale concerne un magasin de chaussures.

Pour nous, c’est non ! Le travail du dimanche ne crée pas d’emplois. Le pouvoir d’achat des ménages n’est pas extensible : ce qui serait dépensé le dimanche ne le sera pas en semaine. Des salariés volontaires ? Le plus souvent, ils n’ont pas le choix. Et si leurs salaires étaient corrects, ils n’auraient pas besoin de travailler le dimanche. Chaussures ? Quel intérêt de les acheter le dimanche ? Le dimanche doit rester un temps qui ne soit pas celui de la consommation : celui de la vie de famille, du repos, des amis, de la culture… Le jour où tout le monde travaillera le dimanche… qui ira dans les magasins ? Le maire répond par une boutade en disant que nous sommes restés coincés à l’époque de la « bête humaine ».  J’en déduis qu’il connaît fort mal les rapports de force dans les entreprises, et particulièrement dans le secteur du commerce, où les salarié.e.s. sont souvent des femmes en temps partiel. Pour mieux comprendre les enjeux,  voir ici l’argumentaire de la CGT-commerce

Le Conseil étudie ensuite une motion relative à la création du comité de défense des riverains de l’A15, pour la réouverture du viaduc de Gennevilliers.Notre avis ci-dessous.

viaducCe sont des travaux importants, longs, coûteux : 5,76M€. La sécurité des usagers est en jeu… autant prendre son temps pour réparer, et le faire bien.

Le comité de défense demande « une gestion prioritaire des travaux pour un retour rapide à des conditions de circulation normales ». « Notre seul et unique but doit être de permettre la réouverture du viaduc le plus tôt possible et dans les meilleures conditions » a souligné la présidente du CD du 95. « Retour rapide » et « le plus tôt possible » ne nous semble pas être des formules très heureuses. Il faut bien que les travaux se fassent, et se fassent bien.

Tout d’abord, on ne peut pas dire que l’État ne fait rien, ou le fait mal. Des moyens importants ont été mis en œuvre. Les travaux lourds de réparation du mur de soutènement et de la chaussée de l’autoroute ont commencé début octobre. Les études et les travaux depuis début septembre, depuis la notification du marché.

Des travaux particulièrement complexes en raison de la configuration du site difficilement accessible pour des engins de chantier, de la proximité d’une pile du viaduc de Gennevilliers, et d’une mise en œuvre sous circulation routière.  « La principale difficulté de chantier réside dans le fait qu’il n’y ait aucune plate-forme de chantier, ce n’est pas droit, pentu, il n’y a pas de place pour mettre deux pelles. Nous avons dû aménager tout cela. Les machines ne peuvent pas travailler de manière très efficace du fait du côté pentu. Voilà pourquoi nous mettons plus de temps que vous le souhaiteriez. » (réunion d’info dans le 95)

Les travaux sont prévus pour durer jusqu’à mi-mars 2019, sous réserve des éventuels aléas techniques ou météorologiques toujours possibles sur un chantier de cette complexité. (site de la Préfecture) La réouverture des 4 voies de circulation sera alors possible. Il est prévu l’ouverture d’une troisième voie de circulation début décembre.

Toutes les dispositions techniques ont été prises pour réduire la durée des travaux, tout en assurant les conditions de sécurité des usagers et des intervenants sur le chantier. Ainsi les travaux seront organisés en deux postes successifs pour leur réalisation en continu de 7h à 20h.

Quant au « suivi régulier de l’avancée des travaux et une information transparente sur les modalités de circulation sur l’A15 et le calendrier du chantier » réclamées par le comité : toutes ces infos sont accessibles sur les sites ad hoc, DIRIF and co.

Par contre, il nous semble que le Conseil départemental aurait dû

1) rappeler que – la situation que nous connaissons en Île-de-France est une situation qui est nationale en terme de moyens d’entretien. La ministre Élisabeth Borne a rappelé qu’un audit a été demandé auprès d’un cabinet privé sur l’état des infrastructures routières en Île-de-France. Cet audit a conclu qu’il faudrait, pour maintenir le réseau dans un état qui ne continue pas de se dégrader, augmenter les budgets correspondants de 50 % pendant 15 ans. On paye là le prix de l’austérité et de la réduction de dépenses publiques !

C’est là où la motion qu’on nous demander de voter contient des « injonctions paradoxales » par rapport à nos débats de tout à l’heure : vous justifiez les politiques d’austérité (cf. débat dans le cadre du ROB) et à la fois vous réclamez maintenant plus d’action publique… paradoxe…

2) se saisir de l’occasion pour affirmer l’absolue nécessité de développer les modes de transports alternatifs à la voiture. 190 000 voitures franchissent ce pont chaque jour. Le moindre problème bloque des milliers d’automobilistes et engorge toutes les communes avoisinantes. Même un jour « ordinaire », des milliers de voitures sont bloquées plus ou moins longtemps sur les routes qui mènent à Paris le matin, et on connaît les mêmes difficultés dans l’autre sens le soir. Fatigue, coût, temps perdu, pollution… Pollution qui participe au fait qu’on a un taux de CO² tel parfois dans notre secteur géographique, que l’Éducation Nationale demande que les élèves des écoles de St Gratien ne sortent pas et restent dans les classes les jours de grand et beau soleil …

Il est grand temps de réfléchir et de mettre en œuvre d’autres modes de déplacement et aussi d’autres schémas d’aménagement du territoire. C’est très bien de réclamer la gratuité (très provisoire) de routes payantes (nous nous sommes pour la gratuité des transports en commun), ou la réalisation de liaisons de transports en commun ou le prolongement du tramway. Mais ces propositions arrivent en toute fin de motion et l’argumentaire municipal qui l’accompagne ne les reprend même pas, restant centré sur les travaux de réparation au plus vite : on voit bien que ce n’est pas votre priorité.

Par ailleurs, nous n’avons pas entendu le département regretter le retard qu’ont pris les travaux de la future ligne 17 dans le cadre du grand Paris, qui pourtant permettrait de décongestionner à terme le flot de voitures qui entre dans Paris via le Pont de Gennevilliers.

Idem, la motion de ce soir ne promeut pas une solution alternative, telle que la mise en place d’aires de covoiturage le long de l’A15, qui tout de suite permettrait de diminuer la circulation sur le viaduc. La question serait, par exemple, de  trouver un partenariat avec Décathlon, à Osny-Cergy et Herblay, dont les parkings sont pleins le week-end mais vides en semaine….

Bref, c’est une évidence que ces travaux doivent se faire, et se faire bien : mais nous ne voyons pas en quoi ce comité va y aider. Par contre, il y a là une occasion manquée de montrer l’absolue nécessité d’une réorganisation des transports dans notre région, et de commencer à avancer des propositions.    

Le Conseil examine ensuite une autre motion sur la décentralisation, intitulé « l’appel de Marseille ». Notre intervention ci-dessous. 

Nous sommes pour la décentralisation, bien sûr ! Nous souhaitons une France décentralisée, au plus près de ses habitants, pour développer les services publics, améliorer les conditions de vie de chacun, favoriser le « vivre ensemble ».

Ce texte -que nous voterons malgré ses insuffisances- ne fait aucune allusion à diverses lois ou réglementations qui ont mis à mal les principes de décentralisation :

La baisse continue des dotations : la DGF est passée de 21% des recettes des communes à 14% en quelques années. Si nous dénonçons cette politique depuis que N. Sarkozy l’a engagée, nous n’avons jamais entendu le maire faire de même… Lorsque nous demandions fin 2011 l’avis de Mme Eustache-Brinio, quant à la baisse de la DGF, à l’époque il nous avait été répondu que tout le monde se devait de faire des économies…Dans le même temps, l’État se défausse sur les collectivités locales de ses missions régaliennes : police municipale, actes d’état civil, hébergement d’urgence… RSA, TAP…

-La disparition programmée de la taxe d’habitation, qui entraine la remise en cause de l’autonomie fiscale et du lien entre citoyens et action municipale.

-La volonté accrue d’orienter et de contrôler l’action des collectivités : c’est la mise en place de la contractualisation budgétaire récente : des dotations à condition que la ville s’engage à réduire ses dépenses. C’est une remise en cause de la souveraineté communale.

-C’est la loi NOTre qui a signé la fin du processus démocratique de décentralisation en œuvre depuis 30 ans dans notre pays. C’est la voie ouverte à la disparition programmée des collectivités territoriales de proximité que sont les communes et les départements, par l’évaporation progressive de leurs compétences et leur asphyxie budgétaire. De cette réforme territoriale, nous contestons depuis le début la philosophie tout autant que le dispositif. C’est toute notre démocratie locale qui est ainsi mise à mal avec la concentration des pouvoirs et l’éloignement des citoyens des centres de décision.

Pour mémoire, en décembre 2017, nous avions proposé au Conseil municipal de voter une motion de l’Association des maires de France qui soulignait « la République décentralisée est progressivement vidée de son contenu. La décentralisation, pour laquelle des générations d’élus de tous bords politiques se sont battus, est réellement en danger » ou encore : « La suppression de la TH, sans une réforme fiscale qui garantisse  des ressources propres, et sans révision des valeurs locatives, remet gravement en cause l’autonomie fiscale des communes, fige et amplifie les inégalités entre populations et territoires. » (Résolution générale du 100è Congrès des maires en nov. 2017) Proposition qui avait été à l’époque balayée d’un revers de la main. Mais il n’est pas trop tard pour que la majorité municipale rattrape son manque de réactivité sur ces questions.

À suivre : nos questions orales, qui ont semé un grand trouble dans les rangs de la majorité…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s