Jacques Villeglé, artiste miroir

Hommage de Pierre Laurent à Jacques Villeglé, disparu le 7 juin 2022
La mort de Jacques Villeglé, dont nous exposions deux œuvres dans l’exposition « Libres comme l’art » organisée il y a quelques mois à l’Espace Niemeyer, nous rappelle la place singulière acquise par cet artiste plasticien hors norme dans l’histoire de notre pays.
Utilisant les affiches collées dans les rues des villes, il a enraciné l’art au cœur de l’espace urbain et de l’espace politique.
Il a inventé de nouvelles formes pour parler de notre actualité et changé notre regard sur l’évènement.
Au Parti communiste, parti militant peuplé de colleurs d’affiches, nous saluons la mémoire de Jacques Villeglé comme celle d’un compagnon, d’un artiste miroir dans lequel nous redécouvrons la vie telle que nous tenterons toujours de l’imaginer.

5 réflexions sur “Jacques Villeglé, artiste miroir

  1. L’inestimable trésor du Parti communiste français

    Le PCF expose dans les sous-sols de l’Espace Niemeyer, à Paris, plus de cent tableaux qui témoignent du compagnonnage du parti avec des artistes exceptionnels.

    On dirait un bunker. Les sous-sols du siège du Parti communiste français (PCF), construit par Oscar Niemeyer au cœur du quartier de Belleville à Paris, semblent avoir été conçus pour résister à un bombardement. Cet écrin bétonné abrite en tout cas un incroyable trésor.

    Jusqu’au 22 janvier prochain y sont, en effet, montrés quelque 150 tableaux exceptionnels dans le cadre d’une exposition célébrant le centième anniversaire de la formation politique. Un anniversaire décalé en raison de la crise sanitaire qui prend la forme aujourd’hui de cette rétrospective témoignant du compagnonnage de dizaines d’artistes internationaux avec le parti.

    « L’histoire des rencontres entre les artistes plasticiens et le PCF est d’une richesse inestimable », confie Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. Né en décembre 1920, lors du fameux congrès de Tours, le mouvement marxiste-léniniste séduit très tôt les milieux intellectuels. Et les artistes sont alors nombreux à rejoindre ses rangs. Parmi eux ? Des créateurs de premier plan : Pablo Picasso, bien sûr, mais aussi Fernand Léger, Alberto Giacometti, André Masson ou encore Marcel Duchamp.

    Des œuvres engagées

    « Si ces peintres ne prendront pas tous leur carte du parti, ils sympathiseront avec ses combats », expose Renaud Faroux, commissaire de cette exposition avec Yolande Rasle. Certains offriront même des toiles à ses dirigeants. Ces œuvres, versées à la section d’Île-de-France du parti, constituent un fonds unique. C’est ce fonds composé par une cinquantaine de tableaux (les autres étant prêtés par des musées, des galeries ou des collectionneurs) qui constitue le noyau de cette rétrospective. Ces peintures, dessins, gravures et sculptures mais aussi photographies, qui embrassent des thématiques sociales ou politiques, s’inscrivent résolument dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’art engagé ».

    En témoignent particulièrement trois œuvres. La première est l’une des six versions de la fameuse Joconde « rectifiée » de Marcel Duchamp. « Intitulé L.H.O.O.Q [le jeu de mots peut à la fois se lire comme « elle a chaud au cul » et se prononcer à l’anglaise comme « look », « regarde »], ce ready-made de 1930 a longtemps appartenu à Louis Aragon qui en a fait cadeau, à sa mort, à Georges Marchais. Lequel l’a donné au Parti qui l’a déposé au Centre Pompidou pour que le plus grand nombre puisse en profiter », énonce Renaud Faroux. Où peut bien se nicher la politique ici ? « On peut y voir une anticipation des débats autour des questions de genre, telles qu’elles s’expriment aujourd’hui », répond le commissaire.
    Camarade Pablo (Picasso)

    Deux Picasso voisinent avec cette œuvre surréaliste. C’est d’abord une plaque de cuivre gravée devant servir de matrice à une eau-forte représentant le député Marcel Cachin. Cette oeuvre a été offerte par sa fille à la fédération de Paris du PCF. C’est aussi, un peu plus loin, une lithographie, signée et numérotée, à la mémoire des époux Rosenberg exécutés le 19 juin 1953 aux États-Unis pour « espionnage au profit de l’URSS ».

    Une grande tapisserie, accrochée à une paroi de béton nu, est signée Fernand Léger. Elle présente le texte illustré du poème Liberté de Paul Éluard, dont le masque mortuaire trône sous une vitrine à droite. La plupart des tableaux et sculptures, datés des années 1940 et 1950, dénoncent la guerre – tels Oradour (la douleur) d’André Masson, Guernica de René Iché, ou encore la série des Massacres de Tal Coat. D’autres évoquent les camps d’extermination (La Mort de Danielle Casanova à Auschwitz en mai 1943 est ici représentée par une grande toile de Boris Taslitzky) ou la crainte d’une apocalypse nucléaire à l’heure de la guerre froide.

    Du réalisme socialiste à l’abstraction

    Mais les travaux des artistes décrivent aussi le quotidien des « classes populaires » dans cette veine réaliste socialiste alors en vogue en Union soviétique. De nombreuses toiles représentent des ouvriers travaillant à l’usine chez André Lhote ou Édouard Pignon, ou des Parisiennes faisant leur marché avec André Fougeron.

    En versant dans l’abstraction, l’engagement des artistes en faveur du PCF deviendra moins immédiatement lisible. Ce ne seront plus que les titres qui évoqueront les liens des œuvres suivantes avec le communisme. Comme cette très surprenante composition géométrique d’Auguste Herblin censée évoquer, en 1948, les personnalités de Lénine et de Staline. « Une toile qui expose le nouvel alphabet symbolique imaginé par l’artiste comme une tentative de réinvention du monde », analyse Yolande Rasle, qui cosigne le catalogue de cette belle exposition retraçant le parcours de plasticiens séduits par l’idéal communiste.

    * Exposition « Libres comme l’art » au siège du Parti communiste français : entrée porte C au 6, avenue Mathurin-Moreau, Paris 19e. Du mercredi au samedi de 14 heures à 18 heures. Entrée libre. Pass sanitaire obligatoire. Jusqu’au 22 janvier.

    https://www.lepoint.fr/arts/l-inestimable-tresor-du-parti-communiste-francais-08-12-2021-2455910_36.php

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s