Jacques Villeglé, artiste miroir

Hommage de Pierre Laurent à Jacques Villeglé, disparu le 7 juin 2022
La mort de Jacques Villeglé, dont nous exposions deux œuvres dans l’exposition « Libres comme l’art » organisée il y a quelques mois à l’Espace Niemeyer, nous rappelle la place singulière acquise par cet artiste plasticien hors norme dans l’histoire de notre pays.
Utilisant les affiches collées dans les rues des villes, il a enraciné l’art au cœur de l’espace urbain et de l’espace politique.
Il a inventé de nouvelles formes pour parler de notre actualité et changé notre regard sur l’évènement.
Au Parti communiste, parti militant peuplé de colleurs d’affiches, nous saluons la mémoire de Jacques Villeglé comme celle d’un compagnon, d’un artiste miroir dans lequel nous redécouvrons la vie telle que nous tenterons toujours de l’imaginer.

Ainsi leur histoire serait racontée

« Elles iraient dans les musées et [qu’] ainsi leur histoire [des militants communistes] serait racontée »

C’est avec peine et avec un grand regret que nous apprenons cette après-midi le décès de Jacques Villeglé.

Regret et surprise également, comme nous fûmes surpris cet hiver au détour de l’exposition « Libres comme l’art » organisée par le PCF fin 2021/début 2022, lorsque nous sommes tombé.e.s au sous-sol du siège du PCF nez à nez avec les « déchirements » de Jacques Villeglé.

Un nom, qui en tant que Gratiennois-e-s, ne nous était pas du tout inconnu !

Au point que dans la perspective de l’inauguration vendredi 10 juin, du Plan de la Ville réalisé par Jacques Villeglé, nous avons tiré sur papier les deux photos ci-dessous, afin de les faire dédicacer par l’auteur des montages. Hélas, ce sera donc impossible. 

Avenue Jean Jaurès, 16 mars 1986, affiche lacérée marouflée sur toile, collection de l’artiste

Rue du Cloître Saint-Merri, 25 mai 1974, affiche lacérée marouflée sur toile, collection de l’artiste

Toutes nos condoléances à sa famille et longue vie à l’œuvre de Jacques Villeglé, dont le plan de ville qui sera dévoilé vendredi 10 juin à 19h, derrière la mairie.

En savoir plus

« 122 rue du temple, les présidentielles » est autant le témoignage de la victoire de la gauche en 1981 que la contestation violente qu’a pu soulever la campagne électorale de François Mitterrand.

Réduisant son geste à celui de la présentation du « déchirement », Villeglé donne à voir, tel un miroir tendu à la société, ses débats et ses crises d’opinion. Présentée dans le cadre institutionnel du musée ou de la galerie, l’affiche sera de surcroît soumise à la rencontre avec un spectateur qui peut voir ses idées violemment remises en question par la lacération. Ce n’est d’ailleurs pas sans une certaine ironie que Villeglé raconte ses démêlés avec le PCF : « J’ai eu beaucoup de discussions avec les militants communistes qui me reprochaient d’arracher leurs affiches : je leur répondais qu’elles iraient dans les musées et qu’ainsi leur histoire serait racontée ».

Isabelle Volat et Stéphane Bauer, conseillers municipaux du groupe « St Gratien Solidaire Écologique et Citoyen », adhérents du PCF