Inutiles, coûteux et destructeurs

Malgré les discours du gouvernement et de la Région sur la nécessité de lutter contre l’artificialisation des sols, les projets aberrants se multiplient en Île-de-France : gares inutiles du Grand Paris Express, infrastructures olympiques surdimensionnées, entrepôts de logistique, data centers, stockage de déchets inertes …

A Gonesse, dans le Val-d’Oise, depuis l’abandon du mégacentre commercial Europacity en novembre 2019, le Premier ministre a annoncé le maintien de la construction d’une gare de métro automatique sur la ligne 17 nord, au milieu des champs et l’urbanisation d’une partie du Triangle agricole, pourtant interdite à l’habitat en raison du bruit des aéroports du Bourget et de Roissy-Charles-de-Gaulle. Le gouvernement y a annoncé la construction d’une cité scolaire, d’un internat et d’une administration de l’État. Le terminus de la ligne 17, prévu au Mesnil-Amelot, viendrait urbaniser des terres fertiles autour d’un village actuellement peuplé de 1100 habitants, accélérant ainsi l’étalement urbain.

Il est urgent de stopper ces projets inutiles, coûteux, destructeurs de la biodiversité et du climat. Il est encore temps de protéger les terres agricoles. La transition écologique peut créer de nombreux emplois, et ces  terres peuvent contribuer à l’autosuffisance alimentaire de l’Île-de-France, alimenter nos cantines scolaires.. C’est pourquoi nous avons déposé une motion au Conseil municipal de Saint Gratien. Le maire a refusé de la soumettre au vote.

Le samedi 9 octobre, quatre marches sont parties, du Triangle de Gonesse (95), de Val Bréon (77), du Plateau de Saclay (91) et de Thoiry (78) et sont arrivées à proximité d’une porte de Paris. Dimanche 10 octobre au matin, les marches ont convergé pour arriver à midi place de l’Hôtel de Ville à Paris puis devaient se rendre en manifestation commune à Matignon.

Des élus étaient présents, dont Céline Malaisé, présidente du groupe « Gauche Communiste, Écologiste et Citoyenne (GCEC) » au Conseil régional d’Île-de-France.  

Ci-dessous l’article paru sur le site de Franceinfo sur cette mobilisation.  

Val-d’Oise : « Notre marche a pour but d’aller à Matignon et ça nous est refusé », s’indigne le président du Collectif Pour le Triangle de Gonesse

La justice a rejeté jeudi le recours de dix associations de défense de l’environnement, dont le Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG) qui s’oppose à l’urbanisation de la zone. Son président accuse Gabriel Attal d’avoir fait pression sur la justice.

Après l’abandon du projet Europacity (dans le Val-d’Oise) en 2019, la justice a rejeté jeudi 7 octobre 2021 le recours de dix associations de défense de l’environnement, dont le Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG), qui luttent contre la création d’une gare du Grand Paris Express et d’une zone d’activité dans le Triangle de Gonesse, en Île-de-France. Une marche à leur initiative pour continuer la mobilisation devrait arriver à Paris dimanche en milieu de journée. « Notre marche a pour but d’aller à Matignon et ça nous est refusé », s’indigne Bernard Loup, le président du CPTG, dimanche 10 octobre sur franceinfo. « Il y a une atteinte au droit de manifester parce qu’on nous bloque alors qu’on avait demandé à aller le plus près possible ». 

« [Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement] est venu faire pression sur la justice, alors il nous reste la mobilisation », a déclaré Bernard Loup, « et on ne cible pas la mairie de Paris mais le gouvernement, le Premier ministre ». Pour lui, l’objectif principal est la sauvegarde des terres.

« On a tous besoin de préserver les sols et d’ailleurs les politiques le disent eux-mêmes, ils parlent de zéro artificialisation mais continuent de bétonner les terres agricoles. » déclare Bernard Loup, le président du Collectif Pour le Triangle de Gonesse à Franceinfo.

« On veut gaspiller de l’argent public pour faire trois lignes de train CDG express pour les riches qui arrivent à Roissy, la ligne 17 nord qui ne dessert que des zones d’activités, aucune zone d’habitat… Les habitants de Gonesse sont à 6 kilomètres de la gare du triangle de Gonesse », a-t-il précisé. Il n’y a rien qui justifie cette gare, elle est dans les champs, mais on s’entête à la faire. » Pour le président du CPTG, c’est un combat « symbolique l’idée, c’est de faire un projet de dimension régionale, d’autonomie alimentaire de l’Île-de-France. Cette occasion, certains veulent passer à côté alors qu’il n’y a rien qui justifie cette urbanisation. »

D’autres articles à lire ici et .

Merci à S.B. pour ses photos de la marche au départ de Gonesse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s