Triste vendredi

Communiqué à la presse des élus « Saint Gratien solidaire, écologique et citoyen »

St Gratien : du City stade au perron de la mairie, triste vendredi

Saint Gratien, le 29 mai 2020

Que s’est-il passé aujourd’hui à Saint Gratien ? Ce vendredi 29 mai 2020 au petit matin, la Ville de Saint Gratien a fait procéder à la démolition du « city stade « du quartier des Raguenets, dans la foulée d’une annonce postée sur la page FB de la mairie : démontage des agrès et arrachage du revêtement synthétique. Cet espace avait déjà été récemment condamné par des blocs de béton. C’est la stupeur et l’incompréhension chez de nombreux jeunes adultes du quartier que nous rencontrons sur place.

Motif invoqué : la prochaine tenue d’un très prochain match inter-cités dont l’ambiance nuirait au voisinage. Mais comment engager un match sur un stade déjà encombré de blocs de béton ?

Immédiatement contacté, le maire ne nous répond pas au téléphone et nous fera savoir par son chef de cabinet dans l’après-midi qu’il refuse de nous recevoir, ainsi qu’un élu d’un autre groupe de l’opposition et deux habitantes. Les jeunes bloquent la rue des Raguenets avant de se diriger vers la mairie. Ils s’installent sur le perron avant d’en être délogés par les forces de l’ordre. Le maire quitte apparemment la mairie par une porte arrière.

Quant à nous, tout au long de la journée, nous aurons tenté d’éviter avec des grands frères, des mères de familles, des habitants aguerris à la médiation que la situation ne dégénère, en dialoguant avec les jeunes et les forces de police.

Nous jugeons la décision de la ville particulièrement dangereuse en cette période déjà si tendue. Nous sortons de deux mois de confinement, les collèges et lycées restent fermés, de nombreuses familles ne partiront pas cet été en vacances. Que reste-t-il aux jeunes si on les prive des équipements sportifs, installés là il y a 30 ans, dont ils espéraient pouvoir bientôt disposer à nouveau ? Comment se passera l’été à Saint Gratien ? Comment la décision de destruction de l’espace a-t-elle été prise ? Aucun arrêté du maire n’était affiché ce matin à proximité du city stade. Et maintenant que va –t-il se passer ? Comment faire rapidement retomber la pression et éviter les débordements que tout le monde redoute ? Il est urgent que le maire engage le dialogue avec les jeunes du quartier pour trouver une issue, proposer une alternative et désamorcer le conflit.

Nous voyons avec tristesse et consternation bien mal débuter le mandat de monsieur Bachard. Après nous avoir refusé la parole lors du premier Conseil municipal, après avoir été contraint de rouvrir les écoles sous pression du Préfet et des parents d’élèves dont il n’avait pas pris l’avis, voilà qu’il s’engage dans un bras de fer incompréhensible, au risque d’attiser des tensions qui pourraient hélas devenir incontrôlables. Il lui faut vite retrouver la voie de la raison, et du dialogue. C’est la seule issue possible. C’est ce qu’a souligné aussi la hiérarchie des forces de l’ordre sur place, préoccupée comme nous de l’absence de plan B de la part du maire dans cette crise dont St-Gratien n’avait pas besoin.     

Stéphane Bauer, Isabelle Volat, élus municipaux

Page FB : saintgratiensolidaireecologiqueetcitoyen

City stade 2

City stade 7

 

 

5 réflexions sur “Triste vendredi

  1. Témoin

    Nous sommes – au delà de la question de l’utilisation d’un espace public encastré entre des immeubles, c’est comme cela que les espaces de vie ont été imaginés dans les années 60, 70 et début 80…. – confrontés à un problème de représentativité démocratique.

    De non représentation d’un pan important de la population gratiennoise dans les instances participative de la commune.

    Notamment de la jeunesse gratiennoise qui ne s’y retrouve pas dans le conseil municipal ni dans les conseils de quartier…

    Et cela ne se gérera pas par le refus d’échanger et par la violence.

    Il va falloir faire preuve d’imagination et d’audace.

    J'aime

    1. Muscadins ou mutins ?

      Reflexions, d’après Pierre…
      Ou plutôt, réponses à Pierre.

      Peut- on mettre tout un quartier en « liberté surveillée » ? Muscadins ou mutins ? Car finalement, où en est on mnt ? Plus de City stade… plus d’endroits aux pieds des immeubles pour se défouler… l’alternative ? « mettre l’art à la portée de tous » avait déclaré l’adjointe à la culture lors de l’inauguration du fronton « à la Villeglé » de la mairie. En 2018. Et le sport ? Pourtant le maire en sait l’importance : réécouter son discours en l’honneur des escrimeurs-es gratiennois-e-s, mi juin 2019 ! Déjà, le maître d’armes pointait la difficulté de la ville à fixer en ville ses sportifs de haut niveau. Nous pointions aussi un faible « essaimage » de ceux-ci auprès de la population et particulièrement des plus jeunes des gratiennois. Dans le foot, C’est pareil. L’Entente S&SG accueille peu de footeux de nos quartier. Pq ? Nsp. Pourtant il y a là des talents. Des jeunes de StGratien detonnent dans le street foot. On n’a pas rêvé, dans un milieu très machiste des filles jouent ! Pas 15 certes. Mais un début de mixité. Les talents gratiennois qui jouent pour l’entente sont absorbés par d’autres clubs (cf. Chartres récemment) qui profitent, eux, de leur formation initiale ici. Pertes des liens avec les quartiers de la commune et de la proximité des « étoiles » avec le quartier… Héritage d’une urbanisation des années 70. Un effort en équipements sportifs réalisé plutôt à l’est de la commune, côté parc… à l’ouest ? Une politique sportive peu valorisée en ville, malgré le fort en paroles qu’est l’adjoint aux sports… et mnt ? On s’en sortirait en surveillant la liberté des jeunes des Raguenets ? Bien sûr que non, dixit la capitaine de police entretenue avt hier. Ouvrir la cage aux oiseaux : vite, ouvrir le stade Lemoine, ou Delaune, ou Hidalgo. Laisser s’organiser dans le respect des contraintes de sécurité sanitaire le tournoi de street foot, sur l’un de ces terrains. Promouvoir les réussites là. Faire levier en ville sur leurs succès. Mettre l’accélérateur sur la politique de la ville. Revoir la politique du sport en ville. Donner à ces jeunes une chance. Les respecter. On en fera peut-être pas des muscadins. N’en faisons pas des mutins.
      Can’t fight ! Ou alors que sur un terrain de foot…😶

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s