Pas elle !

Je partage cet éditorial de l’Humanité de ce lundi 11 avril 2022. N’oublions jamais ce qu’est le Rassemblement national.

C’est un choc, mais pas une surprise. Une majorité d’électeurs se réveillent ce matin déçus ou en colère, mais surtout inquiets. Le scénario dont 80 % des Français ne voulaient pas il y a encore quelques semaines s’est reproduit hier, à la faveur, entre autres, d’une faible participation pour une présidentielle – autour de 12 millions d’électeurs n’ont pas jugé utile de se déplacer.

Ce match retour ne ressemblera pas pour autant à 2017. Jamais l’extrême droite n’aura recueilli autant de suffrages (32,4 % à l’heure où nous bouclons cette édition). Et jamais Le Pen n’aura bénéficié d’un tel réservoir de voix. Bien sûr, le président sortant porte une immense responsabilité. D’abord parce que le Rassemblement national gagne du terrain sur les plaies causées par la désespérance sociale et les inégalités. Emmanuel Macron n’a cessé depuis le début de son quinquennat d’enfermer le débat public dans ce duel mortifère, persuadé qu’il le gagnerait haut la main. Cette fois, l’arrogant président des riches pourrait s’y casser les dents et faire plonger le pays dans l’abîme. Le score étriqué que lui prédisent les sondages au second tour doit nous alerter. La victoire de l’extrême droite le 24 avril n’est plus impossible. Les laboureurs du terreau dont se nourrit la bête immonde seront ceux qui l’affronteront au second tour. Et pourtant, il nous faudra voter, la tête haute, sans chèque en blanc au président sortant.

La gauche – toute la gauche – est face à la responsabilité historique de ne pas laisser notre pays aux mains de l’extrême droite. On entend déjà les « ni-ni », les « on ne m’y prendra plus », « on n’a jamais essayé » ou « ça ne peut pas être pire ». À mesure que le danger avance, la conscience de celui-ci recule. C’est ça, la banalisation. Nous parlons ici d’une famille politique qui abhorre le progrès et l’égalité, qui souhaite un ministère de la « remigration », qui s’attaquera à tous les droits conquis, les contre-pouvoirs, de la presse à la justice, mettra au pas la culture, représentera la France à l’ONU… Avant les luttes qui suivront contre la casse sociale de Macron, c’est ce combat qui nous attend ces deux prochaines semaines. Courage, barrage !

Maud Vergnol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s