Saint Gratien : les rats sont entrés dans la ville !

Ce mercredi 5 juin, assemblée de quartier aux Raguenets. Des habitants interpellent le maire sur la présence importante de rats dans leur quartier. Ces animaux pulluleraient au ras des entrées, malgré les campagnes de dératisation, que le maire cite sans visiblement rassurer les habitants. La réunion se termine sans que le problème ne semble vraiment inquiéter les élus de la majorité.

Nous avons voulu en savoir plus. Ce samedi, nous nous sommes donc rendus sur place, rue Massenet, square Georgette Agutte, autour du centre culturel et dans les espaces verts et terrains de sport qui le jouxtent. Nous avons rencontré et interrogé des habitants, des enfants, du personnel d’entretien des cages d’escalier, et échangé avec eux.

C’est édifiant.

Cette partie du quartier est infestée.

Tous le disent : ils voient des rats, des familles de rats, des jeunes rats, au bas de leur immeuble, au ras des portes d’entrée, dans les espaces de verdure au pied des murs. Un enfant se propose de nous montrer un « terrier », « là-bas, près du terrain de jeux ». Une dame sur un banc nous raconte que son mari a pris une vidéo montrant les bestioles devant les escaliers de son immeuble. La dame de ménage lâche son balai pour nous indiquer des trous impressionnants, avec effondrement du sol au ras des escaliers qu’elle nettoie. Les plus gros trous sont bouchés artisanalement par des morceaux de bois. Elle n’ose pas les toucher, dit avoir peur, et nous les désigne comme étant les plus gros débouchés des galeries. D’autres seraient obstrués avec des bouteilles : seul moyen rudimentaire trouvé par les résidents pour tenter de gêner la circulation des rats. 

Nous ne connaissons pas l’ampleur de l’invasion, mais au vu des photos et des récits, elle ne peut être qu’importante. Quelques boîtes servant à la dératisation sont déposées ça et là, mais visiblement sans grand résultat. Les habitants rencontrés sont excédés, craignent pour les enfants, s’interrogent sur le risque sanitaire et demandent que des mesures plus radicales et enfin efficaces soient prises.

Comment ne pas leur donner raison ? Cette situation ne peut pas durer. Il y a urgence.