Conseil municipal de septembre (4)

Suite et fin des débats au Conseil municipal du 30 septembre 2021 à Saint Gratien, avec les réponses aux questions orales posées par les différents groupes.

Le maire répond en fin de séance aux questions orales. « Répond » n’est certainement pas le terme adapté, tellement l’exercice est expédié. Pas de débat, nous ne pouvons intervenir après le maire, qui se contente le plus souvent de réponses schématiques, partielles, moqueuses voire agressives à notre égard. Voire même carrément fausses, comme en avril dernier, lorsque le maire affirmait que nous inventions un arrêté du maire sur la modification des horaires scolaires, arrêté qui selon lui, n’existait pas… alors que ce document était bel et bien affiché en ville. Facile d’affirmer, quand vos adversaires politiques ne peuvent vous contredire car réduits au silence !   

Le maire répond à une question du groupe « Vivons Saint Gratien » sur l’installation de purificateurs d’air et de détecteurs de CO2 dans les écoles. Nous avions posé cette même question au cours du Conseil. Une expérimentation a été menée à l’école Raymond Logeais mais les niveaux recueillis étaient très éloignés des seuils d’alerte. La ville a donc décidé d’étudier l’installation de « capteurs connectés » qui permettent de mesurer le CO2, mais aussi l’humidité, la température, la luminosité, le bruit et mesures de consommation. Affaire à suivre..

Ci-dessous les questions du groupe « Saint Gratien solidaire, écologique et citoyen », les répliques du maire et nos commentaires.

1 – Journée des associations 2021

Alors que Saint Gratien compte 200 associations, il n’y avait que 58 stands (avec un grand absent : le club de foot de la ville) lors de la journée des associations le 4 septembre 2021, stands accordés selon des critères que nous ne connaissons pas. Seules 18 associations étaient présentes à la réception organisée par la ville et ce peu de succès interroge.

Pourquoi ne pas inviter de nouvelles associations lors des prochaines éditions de la J.A (notamment celles qui promeuvent des actions dans le domaine du développement durable…) et ainsi assurer une rotation des associations présentes et une offre plus riche aux habitants, reflétant davantage la diversité de la vie associative locale ?

Réponse du maire : selon lui, la journée des associations a été une vraie réussite. Public présent et satisfait. L’Entente Sannois-St Gratien était présente à Sannois.  

Nos commentaires : tout va bien, madame la marquise…

2 – Rentrée scolaire

Dans son courrier à l’inspectrice de l’Éducation nationale, suite à l’annonce dans l’après-midi du 1er septembre 2021 d’une fermeture d’une classe à Jean Jaurès, le maire souligne le manque d’AESH accompagnant les élèves en situation de handicap dans cette école. Ces difficultés sont malheureusement répandues dans toutes nos écoles, et les insuffisances de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) sont connues.

Comment le maire, conseiller départemental, a-t-il agi depuis son élection au Conseil départemental, pour qu’évolue cette situation gravement préjudiciable aux élèves, à leurs parents, et au bon fonctionnement des établissements scolaires ?

Réponse du maire : le maire rappelle le rôle essentiel des AESH auprès des enfants. Ils sont recrutés et affectés par l’Éducation nationale. Le maire nous invite donc à intervenir auprès de l’Éducation nationale pour que davantage d’AESH soient recrutés, comme il dit le faire lui-même.

Nos commentaires : nous savons parfaitement que les AESH sont du ressort de l’Éducation nationale. Mais nous ignorons toujours quelles ont pu être les actions du conseiller départemental et maire J. Bachard pour que les élèves en situation de handicap soient correctement accompagnés…

3 – Travaux de la salle d’armes en vue des Jeux Olympiques 2024

Quelle solution la ville envisage-t-elle pour que les utilisateurs de la salle d’armes (club, scolaires…) puissent continuer la pratique de l’escrime pendant les travaux de la salle d’armes prévus pour durer jusqu’en janvier 2023 ? À ce jour, ni le maître d’armes ni les responsable des écoles, utilisatrices de la salle pour les scolaires, ne le savent.

Réponse du maire : des solutions sont à l’étude et seront partagées d’ici la fin de l’année. Les options possibles sont la relocalisation sur d’autres sites avec des installations modulables et s’orienter vers des partenariats avec des structures extérieures à la ville. Le club et le maître d’armes sont associés à toutes les réunions qui sont organisées avec l’adjoint aux sports, sur la réhabilitation de la salle. Toutes les décisions seront partagées avec eux.

Nos commentaires : nous n’en saurons pas plus sur ces solutions possibles… il nous reste à espérer que les utilisateurs de la salle soient bien consultés et associés en amont des décisions.

4 – Patrimoine culturel local

Si la Princesse Mathilde est une personnalité importante de notre ville, il existe d’autres sujets historiques et culturels locaux qui méritent qu’on s’y intéresse.

Tout récemment, la presse locale a relaté l’urgence de la mise à l’abri et restauration de la statue d’Andromède du sculpteur Jules Franceschi.

Le jeune résistant gratiennois Hébert est dénommé « Maxime » sur la plaque de la rue qui porte son nom mais « Lucien » sur sa stèle funéraire. Une confusion à réparer.

Les personnalités locales ayant pris part à la résistance telles que Suzanne Barroul, Georges Didou… pourraient être davantage reconnues si les plaques de rues qui portent leur nom signalaient leurs faits d’armes.

De même, une plaque commémorative au lycée Gustave Monod, rend hommage à la résistante Lucie Aubrac puisqu’elle y enseigna de longues années après-guerre. Cet établissement est situé en partie sur Saint Gratien, où pourtant Lucie Aubrac n’est jamais honorée.

La ville, et notamment son adjointe à la culture, ne pourrait-elle pas accorder davantage d’importance à son patrimoine culturel local, riche mais sous-estimé, afin de mieux le mettre en valeur et le faire connaître de nos concitoyens ?

Réponse du maire : la ville fait beaucoup pour la culture, regardez le « Mag » et vous verrez que cet été, nous avons fait vivre la culture dans nos quartiers. Regardez également ce qui est fait en termes d’expositions, la salle Villeglé, la collection « Inventaires » qui accueille chaque année un artiste pour poser son regard sur la ville et son patrimoine. Les journées du patrimoine montrent chaque année que la ville dispose d’un patrimoine très riche et sait le partager. Cette année, nous avons mis en place un petit train qui a conduit l’ensemble des participants sur les quartiers  de la ville, Marais, Raguenets, parc urbain, avec des points signalés sur tout le parcours, fresques de l’école Jean Jaurès, de Jacques Villeglé, fronton de la mairie et même de sites archéologiques gallo-romains révélés lors du creusement du BIP, les séquoias de l’avenue Simon Hayem, la propriété Barrachin et les fresques de la salle des mariages. L’adjointe à la culture peut être fière du travail accompli dans son domaine.

Nos commentaires : un peu d’autosatisfaction ne nuit pas, nous savons que la ville mène des actions dans le domaine culturel (et heureusement) mais nous n’avons aucune réponse sur les points précis que nous évoquions dans notre question.

5 – Pollution 

La pollution due aux mégots jetés sur la voie publique reste considérable dans notre ville. Nous en avons à nouveau, comme en 2020, collecté des quantités très importantes dans le centre-ville le 18 septembre 2021. Des solutions existent pour enrayer ce phénomène, ramasser et recycler ce déchet qui est source de pollution majeure : campagne d’information et de sensibilisation des citoyens, action en commun avec les commerçants sur le jet de mégots sur leur pas de porte, installation de cendriers sur la voie publique, rappel de la contravention de 68€… Des villes ont également enclenché des actions de recyclage en partenariat avec des entreprises spécialisées. Le maire nous affirmait en septembre 2020 envisager un travail sur le recyclage des mégots avec une entreprise gratiennoise, sans que sachions qui est cette entreprise, ni où elle est localisée. Si elle se trouve à Gennevilliers, il ne s’agirait que d’une entreprise de collecte des mégots, et non de leur recyclage.

Où en est la ville sur ce dossier ?

Pour info, la ville pourrait démarcher la société MéGO! 

« MéGO! est un service de tri et de recyclage matière de mégots de cigarettes (filtres usagés), solution unique en France.

Réponse du maire : la ville a sollicité un devis à une société en lien avec la structure bretonne MéGO, et la ville a été parallèlement approchée par une Gratiennoise qui souhaitait développer un projet analogue, ayant une expérience solide dans les filières de retraitement des déchets. La ville souhaite privilégier une solution locale. Après plusieurs semaines d’échanges, il est apparu que la solution  n’était pas pleinement satisfaisante. La ville a sollicité le syndicat Émeraude pour savoir s’il allait se saisir du problème. Sa réponse est que les mégots relevant de la propreté urbaine, sont hors champ des compétences du syndicat. Il existe un nouvel acteur francilien, qui s’appelle « TchaoMegot », récemment labellisé. C’est donc une alternative locale sérieuse et apparemment plus concurrentielle. Un contact est prévu avec « TchaoMegot » courant octobre pour dimensionner un projet de collecte et de retraitement des mégots sur le territoire de Saint Gratien. 

Nos commentaires : comme quoi, notre action menée depuis 2020 porte quelques fruits. L’an dernier, le maire nous avait répondu de façon très rapide sans vraiment laisser penser que le sujet était considéré comme important. Cette année, les choses semblent avancer quelque peu. Avec un bémol : comme d’habitude, il n’y a aucune concertation ni même information sur l’avancement de ce projet, notamment en commission de développement durable. D’autre part, le volet « sensibilisation, pédagogie, travail avec les commerçants » pour éviter au maximum que les mégots ne soient jetés au sol, est oublié. Pourtant, avant même qu’un projet de retraitement voie le jour, il serait déjà important de voir moins de mégots dans les plates-bandes, les grilles d’arbres… là où la souffleuse de l’entretien de la voirie les a expédiés. On nous suggère aussi de déterminer des espaces « interdits aux fumeurs » dans l’espace public, comme par exemple devant les écoles. Pourquoi pas ? 

9 réflexions sur “Conseil municipal de septembre (4)

  1. Sandrine

    L’écologiste a notamment tendu la main à la candidate socialiste Anne Hidalgo.

    « Il va falloir que la gauche s’entende » pour la présidentielle de 2022 car « l’accès au second tour se fera probablement au prix d’une convergence à un moment », a affirmé dimanche 24 octobre sur franceinfo Sandrine Rousseau, conseillère spéciale du candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot.

    L’espoir d’une candidature unique à gauche à la présidentielle, la politique énergétique de la France… Le « 8h30 franceinfo » de Sandrine Rousseaupar franceinfo

    « La question ‘Derrière qui on se rassemble ?’ est une sempiternelle question », a reconnu la finaliste de la primaire écologiste. Mais « il ne faut pas imaginer que c’est quelque chose qu’on résout en claquant des doigts », a ajouté Sandrine Rousseau. « Alors derrière qui ? On va voir en marchant », a-t-elle poursuivi, soulignant que si la gauche allait devoir « unir ses forces à un moment », « l’écologie n’est pas secondaire » pour autant.

    Si elle souhaite qu’il y ait une candidature unique à gauche, elle « espère » d’ailleurs que « ce sera Yannick Jadot ».

    La question est aussi celle de « la confiance accordée au Parti socialiste après le mandat de François Hollande », a-t-elle ajouté. Avec la loi sécurité, « les premiers assignés à résidence du mandat de François Hollande ont été les écologistes », a-t-elle rappelé. « Je le rends comptable d’une forme de division à gauche dont il nous est difficile de sortir, précisément pour ces questions de confiance, donc ce n’est pas à lui de donner des leçons », a-t-elle ajouté réagissant aux propos tenus dans la semaine par l’ancien président.

    François Hollande a notamment qualifié le candidat insoumis Jean-Luc Mélenchon de « fardeau pour la gauche » qui, « par ses positions et par sa personnalité, interdit l’idée d’un programme commun ». « Je respecte Jean-Luc Mélenchon, je respecte son parcours politique, je respecte ce qu’il porte et, oui, il va falloir renégocier les traités européens », a affirmé Sandrine Rousseau.

    L’écologiste a par ailleurs tendu la main à la candidate socialiste Anne Hidalgo. « J’ai confiance en Anne Hidalgo », a-t-elle assuré. Si la maire de Paris, qui a présenté son programme samedi à Lille, ne parvenait pas à décoller dans les sondages, Sandrine Rousseau compte lui proposer de les rejoindre.

    « Je lui dirai : viens collaborer avec nous, viens coopérer avec nous, viens prendre ta place dans cette aventure écologiste et sociale », a lancé l’écologiste. Selon elle, « il ne s’agit pas de domination, ni d’humiliation, mais de travailler ensemble », et de renouer ensemble « avec un récit de conquête sociale ».

    « Aujourd’hui on est dans un moment crucial, à une bifurcation de notre société et la question c’est de savoir comment on fait une reconquête sociale, une reconquête écologique, et comment on se dit que cette opportunité de changement radical de notre manière de faire, de notre société, est une opportunité de vivre mieux. C’est un moment de lutte écologique et de lutte des classes. C’est un moment de rendez-vous entre ces deux combats », a insisté Sandrine Rousseau.

    Orange avec Media Services, publié le dimanche 24 octobre 2021 à 12h30

    J'aime

  2. Anne

    Anne, la candidate PS à la présidentielle Anne Hidalgo a catégoriquement rejeté lundi tout ralliement au candidat EELV Yannick Jadot.

    A Sandrine Rousseau, la présidente du comité politique de la campagne de M. Jadot, qui l’a encore appelée dimanche à « collaborer » avec lui si elle ne se détachait toujours pas dans les sondages en janvier 2022, Mme Hidalgo a répondu lundi sur franceinfo: « merci, mais je ne le ferai pas dans ces conditions-là ».

    « Et puis ça suffit quoi; la République, son visage il est aussi féminin. Quand vous entendez les leaders de Verts ou Yannick Jadot expliquer qu’ils tendent la main pour un accord mais qu’il faut que ce soit derrière eux, ça s’appelle vraiment tendre la main ça ? », a lancé la maire de Paris, créditée dans les sondages de 4 à 7% des voix, soit derrière Yannick Jadot.

    Alors qu’on lui faisait remarquer que M. Jadot s’était retiré en 2017 pour se ranger derrière le candidat du PS Benoît Hamon, elle a rétorqué: « ça s’est peut-être passé dans l’autre sens, mais en tout les cas, là, ça ne se passera pas comme ça ».

    Alors qu’un ralliement aux écologistes fait craindre aux socialistes une disparition pure et simple de leur parti, Anne Hidalgo a assuré que sa famille politique « continuera à exister ».

    La candidate socialiste a par ailleurs précisé ses propositions de hausse des salaires: une « revalorisation massive du Smic » de « 10% à 15% dans une première étape », et les salaires des enseignants à au moins « 2.300 euros » en début de carrière et de 3.500 « jusqu’à au moins 4.000 euros en fin de carrière ».

    Interrogée sur le dossier sensible d’une réforme des retraites, elle a considéré que celle-ci devra « protéger les plus fragiles », « femmes » et salariés aux « métiers pénibles ». Côté financement, elle a exclu tout allongement de la durée de cotisation, soulignant que les hausses de salaires permettront « plus de cotisations ».

    AFP, publié le lundi 25 octobre 2021 à 10h18

    J'aime

  3. « Je trouve honteux que Yannick Jadot parle de manipulation. On est à la limite du complotisme. Quelqu’un qui se présente à l’élection présidentielle ne devrait pas se comporter comme ça », a surenchéri la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, à l’antenne de France Inter.

    « Qu’il débatte mais qu’il ne verse pas dans quelque chose pas au niveau d’un candidat à l’élection présidentielle », a ajouté Barbara Pompili.

    https://actu.orange.fr/politique/manipulation-complotisme-jadot-et-le-gouvernement-s-echarpent-sur-le-rapport-rte-magic-CNT000001FQanA.html

    J'aime

  4. Josiane

    Hé, Josiane :
    … pas de sapin de Noel sur la place de l’hôtel de ville de Bordeaux, mais un méga-projet photovoltaïque dans les Landes qui doit éliminer… plusieurs milliers de pins …

    Une réaction, là ?

    Non ? …

    Jadot-re !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s